Dakar Jobs, Sénégalités

Selon moi, les 7 piliers du retour au Sénégal, le pays de la Teranga

Cher jeunes ou aspirants à « am seu teranga si seu deuk »,

You can do it, so do it.

6a00d83451ce8669e20105362f45fd970b Au delà du « réajustement social », la  raison principale pour laquelle nous hésitons à rentrer à Dakar, c’est le salaire. Les études à l’étranger sont chères pour les élèves internationaux, presque le triple des nationaux (surtout aux Etats Unis et au Canada). Il semble illogique de revenir à Dakar pour une rémunération égale au cinquième de ce qu’on aurait pu avoir à l’étranger. Tout cela est vrai mais pour une militante de la lutte contre la fuite des cerveaux, il y a pleins de raisons qui devraient vous faire songer sérieusement à rentrer.

  1. L’hymne des raisons: There is no place like a home, imprimez-le, mettez-le sur un teeshirt et en fond d’écran sur votre téléphone. Vous aurez beau avoir une double nationalité, des amis qui vous aiment, un conjoint et des enfants , il suffira d’un con ou d’une question bête pour vous rappeler que vous n’êtes pas dans votre pays d’origine.
  2. Le bilinguisme/ trilinguisme etc: Etes-vous parfaitement bilingues ? Si oui, vous venez de franchir la première étape pour multiplier votre salaire par 2. Les sociétés de la place et les ONGs cherchent de plus en plus de personnes bilingues, et quand je dis bilingue je ne parle pas de Go For English ou de google translate. Vous n’avez pas idée du nombre d’expats embauchés, qui n’ont aucune expérience locale et qui ont pour principale atout la capacité de rouler les r comme il faut ou de dire ”thank you” au lieu de ”fank you” en serrant bien la langue entre les dents. Au finish, ils ont de super salaires et ils prennent pleins de consultants pour leur permettre de mener leur travail correctement. Si vous quittez le Sénégal pour un pays étranger, ne perdez pas votre énergie à déprimer ou à rester seule à attendre les vacances d’été, apprenez la langue, ça ne sert à rien de quitter le Sénégal pour aller se chercher une communauté sénégalaise à l’étranger et manger exclusivement du thiebou dieune . Je suis d’avis qu’on maximise son expérience hors du pays. L’immersion est la meilleure manière d’apprendre une nouvelle langue parce qu’au delà des mots, on plonge dans une nouvelle culture sans avoir l’option de parler wolof pour se faire comprendre, on rentre en survival mode donc on fait les efforts nécessaires pour apprendre et se faire comprendre.
  3. La famille : ce serait dommage de revenir à Dakar que pour des décès, après avoir râté tous les évènements marquants de sa famille, naissances, anniversaires, mariages et j’en passe. Ce serait d’autant plus triste de travailler pour ‘’teeral seu wa diour’’ sans savoir que la dernière fois que vous les aurez vus, c’est quand ils vous accompagneront à l’aéroport…
  4. Les salaires : en effet, la fourchette de salaires au Sénégal n’est même plus une fourchette. C’est la grande muraille de Chine tellement c’est vaste. Tu peux facilement gagner 200mille et 1 million pour le même poste. Il y a plein de raisons pour lesquelless on est bien ou peu payé, surtout pour les femmes qui ont honte de bien négocier leurs salaires, deniou beuri kerseu. Aussi, les recruteurs peuvent s’avérer être des psycopathes nés, qui vous montrent carrément que ceci est l’opportunité de votre vie, pleins de personnes rêveraient de cette chance, et qu’en fait, khamoleen seen bopp. Ce n’est rien que de l’ignanisme. Ce n’est pas grave, n’ayez jamais peur de demander à être payé ce que vous pensez valoir (credit: Keyti). J’aime à m’appeler une ”serial job applicant”. I am Luky Luke when it comes to job application and I ain’t scared of nothing. Je soumet partout et n’importe quand. Je me suis rendue compte que les recruteurs exagèrent les termes de références et surtout le nombre d’années d’expérience. Si vous pensez que vous pouvez executer ce qu’il y a dans les TDRs, n’hésitez pas. On passe facilement plusieurs heures par jour sur les réseaux sociaux, fixez vous un objectif d’une heure par jour pour envoyer vos CVs un peu partout, et surtout à vos dream jobs. L’appel viendra Incha Allah. La bonne nouvelle c’est que c’est possible. Il y a un début à tout, on peut tomber sur le (les) million rapidement ou pas, et des fois ça peut prendre du temps, d’où le prochain pilier.6593167-9944643
  5. La patience : nank nank moy diap….. on veut tous la range et la maison sur la corniche mais la réussite n’est pas chose simple, ni automatique (même les vendeurs de drogues commencent quelque part). Non mais sérieusement, niak toy kheep rek, I don’t want easy money: yes to blood, sweat and tears.
  6. Le téranga : il n’y a rien de plus pratique que de rentrer tôt et de commencer à travailler tôt. Vous aurez largement le temps de connaître et de vous adapter aux protocoles administratifs sénégalais très énervants, parfois décourageants. Le Sénégal est méti et rien que créer une société peut s’avérer être un parcours du combattant parsemé d’attentes interminables et de ”revenez demain à 7h, ki ko wara signer dafa am khew”. C’est une toute autre paire de manches de trouver des financements. Le plus tôt vous rentrerez, le plus vite vous saurez esquiver les obstacles administratifs et sociaux (ndioublang, tass yakar, et autres). Enfin, on veut tous laisser un empire à notre mort, qu’on se rappelle de nous pour ce qu’on aura laissé derrière, voulez vous construire et laisser et votre héritage en Europe ou autre ? Teranga seu keur mo dakk dé.
  7. L’éducation des enfants : Il n’y a rien de mieux qu’une bonne éducation au pays. Les services sociaux ne risquent pas de venir prendre vos enfants et ils ne vous cracheront pas à la figure à l’âge de 10 ans, finger on the trigger (911). En plus vous voyez tous les jours la stigmatisation des noirs, la brutalité policière, etc. Nous vivons dans un pays politiquement stable, donc rien que pour la sécurité….

Je suis rentrée depuis 2008 et mon premier salaire était de 30mille. J’ai tenu bon, j’ai gagné de l’expérience et je ne regrette pas une minute d’être rentrée. Le pays est en expansion , faites en partie.

Join the discussion 😉 https://www.facebook.com/worldofnk.dkfresh

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

No Comments


  1. miiika

    August 17, 2015 at 3:13 pm

    Nice post !!

    Reply

    • NK

      August 17, 2015 at 3:16 pm

      thankssss

      Reply

  2. Sow M.

    August 17, 2015 at 3:58 pm

    Intéressant, c’est l’hymne à la confiance en soi, et à la positivité.

    Cependant, il ne faut jamais croire que c’est un choix de facilité que de rester longtemps à l’étranger. C’est pour moi un sacrifice qui permettra, j’espère, aux membres de ma famille de lever la tête, sortir de la pauvreté et tout ce qui va avec, et aux enfants de pouvoir bien travailler à l’école.
    Je me considère comme une rampe de lancement, j’accepte de brûler jusqu’à en fondre. Parce que je sais que plus j’en bave, plus la fusée ( ma famille, donc le pays) sera propulsée loin dans l’espace des possibilités qu’offre la vie.

    Reply

    • NK

      August 18, 2015 at 1:14 pm

      Je comprends très bien, toutes les situations sont différentes, je suis sûre que ta famille est heureuse de tes sacrifices, bonne continuation 😉

      Reply

  3. Thiaba

    August 17, 2015 at 6:10 pm

    Smart, funny and good food for thought
    thanks Nk!

    Reply

    • NK

      August 18, 2015 at 7:49 pm

      my pleasure!

      Reply

  4. Khady Ndiaye Bijou

    August 17, 2015 at 11:19 pm

    J’adore cet article je l’ai lu d’un trait il est rempli de vérité, tout jeune devrait y jeter un coup d’oeil. Je suis rentrée en 2012, certains m’ont traitée de folle ” gnibil bala sa keuyite yi di yakhou lo fiy def” c’est chez moi dis donc. Aujourd’hui je dis al hamdoulilah même je n’ai pas encore atteint tous mes objectifs. Dara dakoul néke si deuk kham né fanga bok.

    Reply

    • NK

      August 18, 2015 at 1:15 pm

      Merci Khady; c’est chez toi et tout est selon tes termes 😉

      Reply

  5. nbsow

    August 18, 2015 at 8:26 am

    clap clap clap bien écrit !! tout est vrai !

    Reply

  6. Marième

    August 18, 2015 at 10:48 am

    Ah! another “serial job applicant” présent. Lilke my dad says “why auto eliminate yourself”. However, it takes a lot of degeur fiit and self confidence, like Sow M says. Its also an attitude and a way of life. I was not very happy about moving back to be honest, but once i figured “yalla yalla bey sa tol” things started to fall in place.

    Bon, après di nga mini crise cardiaque si circulation bii, di nga saga taximan yii ak car rapide yii….or that’s just me (side eye)….But then i get home and am welcomed by the sound of my mom’s voice who reminds me that i need to “get married and gnibi to my own keur sou ma wathie” té lolou dara feyou ko. <3

    Reply

    • Mody Diarra

      August 18, 2015 at 1:53 pm

      Dans le monde actuel, “chez toi” c’est ou? Pourquoi doit on aller rester seulement au Senegal.
      Le mot de pass est “Brain Circulation” L’africain n’est pas condamne de rester seulement en Afrique. Il doit aller et revenir. Citoyen du monde est le nouveau drapeau a tenir. Pour certains c’est le Senegal, le Mali, le Gabon etc….
      Pour d’autres c’est ailleurs. Si vous voulez rentrer allez y et que Allah (swt) vous benisse. Ceux qui veulent aller ailleurs de meme.

      Partout ou vous etes, croyez en Allah, au jugement dernier, soyez de bons croyants et pratiquez votre religion.

      Reply

      • NK

        August 18, 2015 at 7:48 pm

        Dans le monde, chez moi, c’est à dire ce qu’il y a dans mon coeur, c’est le Sénégal. Cela ne m’empêche de voyager, de découvrir et de rencontrer plein de personnes. L’article c’est plus pour encourager ceux qui ont envie de rentrer et construire, et non pour blamer ceux qui préfèrent vivre ailleurs. Que Dieu nous bénisse tous, té liniou mounti def mou djikk niou, merci pour votre participation à la discussion

        Reply

    • NK

      August 18, 2015 at 7:51 pm

      this is hilarious! happy that you are a proud member of Serial Job Applicants, and your dad is sooo right 😉

      Reply

  7. M

    August 19, 2015 at 10:06 pm

    Just started to read your blog today! Very inspiring ! i’m actually in Paris , doing law studies….( well trying) . It will be nice to tell us what kind of job are u doing ? plus have you any idea or any tips about law on senegal ?

    Thanksssss

    Reply

    • NK

      August 20, 2015 at 11:19 pm

      I have an economics background, I also got an MBA and I am a monitoring and evaluation specialist for development projects. Je ne m’y connais pas trop en law, but I could introduce you to a friend. Just email me lessenegalites@gmail.com 😉

      Reply

  8. Magui JOBE

    August 20, 2015 at 8:30 am

    NK la voila ta plus grande fan .
    quelle belle plume dis-donc .
    je ne cesse de partager again and again tes articles partout et avec tout le monde .
    Celui ci est tres poignant et tres vrai .
    moi j’etais pressee de rentrer , you said it all there is no place like home .
    chu rentree en 2014 , toujours en recherche d’oppportunites . mais je me sens tellement chez moi que je ne cesse de dire Alhamdulillah .
    keep it up lady ,
    cordialement ,
    mane_mi .

    Reply

    • NK

      August 20, 2015 at 11:22 pm

      Merci Magui! tu es là depuis pas longtemps alors, welcome back; je compte tweeter et poster toutes les offres que je vais trouver, j’espère que cela te portera chance . Thanks for the support

      Reply

  9. Marième

    August 20, 2015 at 11:11 am

    Glad it made you laugh! Allow me to use your platform to post the following entry -level offer from USAID :

    http://www.usaid.gov/senegal/work-with-us/careers

    Hope it will be of interest to someone.

    Reply

    • NK

      August 20, 2015 at 11:19 pm

      Thanks for the job seekers, i tweeted it as well 😉

      Reply

  10. Moussa Faye

    August 24, 2015 at 1:44 am

    Nice post very well written. I’m a firm believer of coming back home to contribute in building our society. Yes the road will be bumpy but every adventure has a price tag. I encourage those who are already there beating the odds and sure we are learning a great deal of lessons from them, and to those like me who still have unfinished business overseas keep working hard but never forget about your roots.

    Reply

    • NK

      August 31, 2015 at 12:26 am

      Take your time, do what you gotta do, and come back au calme, pas de départs précipités 😉 I’m sure it will work out great. Good luck!

      Reply

  11. YB

    August 28, 2015 at 2:03 pm

    I can definitely compare the brain drain situation in Senegal to what’s going on in the American Ghetto. The only difference is in the ghetto people NEVER come back. It seems as though when black people become educated they learn that success is synonymous with white people and so they spend the rest of their lives trying to enter the white world. At times I feel like my community in East Oakland, CA, USA is just as underserved as any third world country.
    Nice piece by the way.

    Reply

    • NK

      August 31, 2015 at 12:23 am

      very interesting point and thanks for reading. I studied in Mills College by the way.

      Reply

      • YB

        August 31, 2015 at 2:21 am

        OMG! Do you know “The Truffles”?

        Reply

        • NK

          August 31, 2015 at 12:13 pm

          Hahha roge! I do know the truffles! They are wonderful, so you speak French now? Bravo!

          Reply

          • YB

            September 1, 2015 at 6:05 am

            GOOGLE TRANSLATE!

            Reply

            • NK

              September 1, 2015 at 10:10 am

              okayyy; well sorry for the wolof slang then 😉 miss u

              Reply

              • YB

                September 2, 2015 at 3:29 am

                😉

                Reply

  12. Khadijatou

    September 1, 2015 at 11:02 am

    It’s like this article was written for me, just to tell that what I wanna do is the best choice. Brefs. Je projete de return d’ici peu Inchallah certes j’ai des peurs mais as you said je me dis que Ya pas mieux que chez soi HOME.
    Je suis dans le secteur de l’agric-engineering/ agribusiness et for now je n’ai pas trop de connaissances de ce milieu au Senegal. Do you know something about that field et ses job opportunities au Senegal?

    Reply

  13. SND

    September 1, 2015 at 3:49 pm

    Quand on a une famille qui compte sur nous, on ne peut pas lâcher son boulot ici et rentrer en se disant qu’on va trouver. Mais ton article a le mérite de me donner envie de me battre davantage pour trouver quelques choses au Sénégal et rentrer.

    Comme bcp, je reste en France en me disant je vais chercher un travail au Sénégal et dès que je trouve je rentre. Mais les journées sont chargées entre le travail et les occupations personnelles et je cherche de moins en moins.
    Aujourd’hui, je ne cherche plus du tout et je compte pourtant toujours rentrer, cherchez l’erreur..

    A serial job applicant to be

    Reply

    • NK

      September 1, 2015 at 3:51 pm

      Il n’y a pas d’erreurs et je comprends très bien ta position. Tous les cas sont différents 😉 bon courage!

      Reply

  14. […] vidéo fait suite à un article que j’avais écrit sur les piliers du retour au Sénégal selon mon […]

    Reply

  15. awa

    November 4, 2015 at 6:38 pm

    Salut Nk ,
    Message tres riche , deug rek nga wakh

    Reply

  16. fatndaw

    December 4, 2015 at 9:33 am

    mee like ..ca donne du courage mais cest pas facile

    Reply

  17. RD

    December 4, 2015 at 12:39 pm

    inspiring NK! On a le meme parcours: je suis rentré en 2010 apres un master un economie du develomment en france, mon premier salaire ne l’etait meme pas : une indemnité de stagiare à 120.000 F dans un village serere! j’ai entendu toute sorte de reflexion, quolibet dans la famille, dans le milieu professionnel. par le grâce Dieu, aujourd’hui je ne me plains pas car chargé du suivi evaluation dans une Ong la place, et je sais que SKY IS THE LIMIT! on a le meme parcours NK comme beaucoup d’autres!
    je propose que tu crée un pages facebook où l’on pourra echange, nous communiquer des tuyaux, partager nos challenges, experiences …. et pourquoi un jour organinser un meeting!
    Blessings à tous

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

#Nopiwouma

Vous avez sans doute suivi les mouvements derrière ...

error: Content is protected but I love you though!!