Les Chroniques de NK

Trois Sénégalaises en Grèce (I): pénurie de noirs, agression roumaine…

Je suis allée en Grèce en Octobre avec un groupe d’amies et j’ai des choses à vous raconter. Le pays est effectivement aussi beau que sur Google Images, la température était parfaite (fin de l’été) même si nous avons failli rentrer dans un coma au contact de l’eau et le patrimoine historique y est unanimement magnifique. Cependant, il y a également pleins de choses qui m’ont saoulées. J’ai aussi remarqué que la Grèce avait beaucoup en commun avec le Sénégal.

DSC_0024.jpgPREMIERE PARTIE

La dernière fois que je me suis sentie aussi ‘’seule’’, c’était le jour du commencement de mes études dans une université américaine. Je ne voyais aucun Africain et ça m’avait un peu stressée dans le long terme. Je ne pensais pas que j’allais me retrouver dans cette situation en Grèce où nous étions traitées comme les dernières des Mohicannes noires.

DSC_0233.jpgNous avons passé quelques jours à Athènes et quelques jours sur une île appelée Skiathos. Honneur aux points négatifs puisque je suis une Niaxtoukat de grande trempe. Je ne saurais commencer cette journée sans alléger mon coeur.

Points Négatifs de la Grèce:

  1. Le Racisme/ Exotification : Comme je l’ai mentionné plus haut, il y a une pénurie de nègres en Grèce donc nous somme devenues les représentantes de toute la race, les objets de trop de questions et/ou d’exotisme souvent frôlant le racisme. Par exemple:
  • Une femme a plongé ses doigts dans ma tête pour toucher mes cheveux (des mèches) sans permission. Je ne m’y attendais pas du tout et à mon air effaré, elle s’est excusé et m’a dit que c’était tellement intéressant qu’elle se demandait comment était la texture. Sur le coup, je n’ai pas pensé à plonger mes doigts dans sa tête…
  • Une vieille dame est descendue du trottoir pour nous laisser passer et s’est arrêtée pour nous regarder avec mépris et surement pour éviter de nous croiser. Quand on l’a dépassée, je me suis retournée pour la fixer. Elle n’avait pas bougé, elle nous fixait toujours du regard en bougeant sa tête tel un smh. On a combattu sans arme, juste en se regardant. Je lui ai lancé le regard d’une personne qui avait son visa. Et elle s’est contentée de me lancer le regard d’une vieille dame blanche raciste. Well guess what Ma’am ? You can suck my titty.
  • Les enfants nous pointaient du doigt et demandaient à leurs parents de nous regarder.
  • Les adultes, mais surtout les hommes faisaient la même chose. Ils se passaient le mot (regardez des noiraudes!) Comme si nous ne pouvions pas les voir. Je ne parle certainement pas Grecque mais le language du corps est universel, comme le dieuw. Quand on vous insulte dans une langue étrangère, vous ne savez pas ce dont on vous traite mais vous savez qu’on vous dagueul.
  • Grèce khana amoul google ? Go on google images and type black people. We in 2015 and I can’t believe I am being pointed at. May your fingers break and fall.
  1. La sécurité (notamment pour les wathieu bess comme nous) : L’hôtel nous a fortement recommandé de ne pas nous rendre dans le quartier d’Omonoia, supposé être dangereux. On a rencontré un Sénégalais qui vendait des selfies sticks et qui nous dit que tous les sénégalais habitaient à Omonoia, comme par hasard. Alors je ne sais pas si les forces de l’ordre grecque sont également victimes de la crise, mais ils sont abonnés absent. Guissouma mbipp, guissouma sifflet.

Petite anecdote : l’agression par les Roumains à la station de métro.

Nous devions nous rendre à l’aéroport en métro (PARCE QUE BRUSSELS AIRLINES A PERDU MON SAC PENDANT 4-5 JOURS).  Nous étions devant la machine entrain d’essayer de la faire passer à l’anglais. J’étais devant la machine avec 20 euros en main et deux sacs, un mboussou shopping and mon sac à main. A côté de moi se tenait Sénégalaise 2. Sénégalaise 3 était derrière nous, un peu plus éloignée. 3 ou 4 enfants de moins de 10 ans je dirais se sont approchés de nous, et quand je dis approcher je veux dire qu’ils étaient collés à nous, il y avait également une petite fille de 13 ans environ. Khalé yi di melni ay yo sunu kaw. Ils parlaient beaucoup, ils nous touchaient; bref ils faisaient diversion mais surtout ils commençaient à nous énerver en arrêtant pas de toucher l’écran et en modifiant le trajet sur l’écran et le nombre de personnes, donc le prix du trajet. Honnêtement, mane dof mi, je n’avais rien compris, je pensais qu’ils essayaient de nous aider au début et après je me suis dit que c’était juste des enfants qui voulaient jouer. SN3 regardait la scène de loin:

SN 3:NK, fais attention à tes sacs! ce sont des roumains! sathie rek leniou def

NK:” hein?” *ferme les sacs et les rapproche de moi. #dofbi

NK: “ah loumeu si kham, SN2, prend l’argent et mets dans la machine, il y a trop de gosses autour de moi” *ferme mon sac, donne l’argent rapidement à SN2 et ouvre l’œil #sippingOnNanditéJuice

SN 2: “mais boy bi dou pouss? bordel

*essaie de pousser l’enfant qui essayait de piquer l’argent, réussit à mettre l’argent dans la machine!

SN 2 : “ehhhhh ils ont pris l’argent!”

En l’espace de 5 secs, un des boys avait annulé la transaction sur la machine, l’autre faisait diversion, pendant que l’autre a keuf  les 20 euros et ils se sont tous dispersés. SN 2 a pu attraper au collet la petite fille et SN 3 qui était en retrait est venue lui prêter main très forte sous mes yeux diomi.

SN 3: ”Where is the 20 euros? Give me the 20 euros” Je tiens à préciser que SN 3 ne parlait pas anglais jusqu’à l’agression par les petits roumains. Jusqu’à présent, je lui demande where is the 20 euros.

Après un moment de yengueul et de napp et entre mes ”moytou ko gagn”, la petite a dit quelque chose et un des petits est revenu avec les 20 euros. Un homme avait également dit quelque chose à la petite, sans doute qu’elle rende l’argent bala niou koy def dibi. Ses acolytes s’étaient enfui et l’avaient laissée là, ils ont du rebrousser chemin en se rendant compte que leur soeur n’avait pas échappé aux griffes des gazelles. Khamna founiou guisseuti touriste bou nuul, di negn daw.

On l’a laissé repartir. Une dame beugu info est venue nous poser des questions. Sétan niou beu niou régler sunu probleme après bouguou niou rey ak wakh, nope #byeFelicia

Avenue-du-Maine-jeudi-18-avril.jpg

  1. La crise économique : beaucoup d’endroits étaient fermés, surtout au niveau de l’île et beaucoup de commerce n’ouvraient que le soir.DSC_0330.jpgLa situation était moins dramatique à Athènes même si certains commerces n’ouvraient que le soir Because Faillite. Crise ou pas crise, je me demande comment ils ont fait pour rentrer dans la zone Euro. Au niveau comportement, ils sont comme les pays en voie de développement, un mix de paresse et d’indiscipline. Leur présence dans la zone euro est plus que prématurée. Je ne pense pas que la Grèce soit admissible dans l’UEMOA.

DSC_0331.jpg4. La langue : Ce n’est pas vraiment un point négatif mais pour ceux qui ne comprennent pas le grec, tout n’est pas traduit. (le struggle aux arrêts de bus). Egalement, à chaque fois qu’on rentrait dans un bus on dirait que le monde s’arrêtait de tourner, tellement on nous regardait. Esk douniou ay deum aussi…DSC_0002.jpg

A bientôt pour la 2ème partie et les points positifs, notamment la PLAYAA!

DSC_0308.jpg

“NK was here”

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

13 Comments


  1. Fatma Benoit

    December 14, 2015 at 12:26 pm

    Nice!!!!! Douma deem Grece lou leer laleu wakh, Prison lay moudieh ak les roumains!

    Reply

    • NK

      December 14, 2015 at 12:28 pm

      la plage en vaut le détour et les sites historiques mais di negn leu khol beu ngeu fakhastaalou

      Reply

  2. ahmadou

    December 14, 2015 at 1:11 pm

    lol. Mane dibi mo may ray ak #byefelicia

    Reply

  3. carina

    December 14, 2015 at 1:19 pm

    non j’ai trop rigolé rayatingama j’adore ta façon d’écrire. J’ai vécu la même chose à Beijing en 2005 tu es l’attraction on te touche demande à prendre des photos avec toi te montre du doigt etc. j’y retourne cette année croyant que les choses ont changé Beijing tané on t’appelle “chocolate ” mais ma deme visité bene musé dans une autre ville Nanjing rebelote sauf que cette fois ci certains chinois se bouchent carrément le nez à ton passage non mais j’étais choquetifie ma guene lene dof guéné sama flower bomb pisss ko samay lokko di len khol melni kou moussoul guiss chinois tamite (réciprocité oblige ) tafff sa ay bakane melni kou ay guinaw keur di ray di lene moytou tamite. A mon retour toujours choquée ma khol google guiss ni c’est courant qu’ils fassent ce genre de choses s’ils voient niit kou nioulll

    Reply

    • NK

      December 14, 2015 at 1:21 pm

      Hahahaha! MAIS JE REVE! ak nimeu bouguer dem Beijing! Je vais créer une machine à distribuer des baffes

      Reply

  4. carina

    December 14, 2015 at 1:57 pm

    Beijing ya eu du progrès mais khawnagne boudi sama perruque bi au silk market pour toucher mes “cheveux” (non la honte si tel était le cas trop paresseuse pour lete sama boop) imagine gnou lale rek perruque bi wadddd

    Reply

  5. Ibra

    December 14, 2015 at 4:03 pm

    Le fait que vous soyez des filles a du influencer, perso j ai eu aucun souci sur Athenes ( juste quelques regards quand t est sur les resto…). Fatma la greece est magnifique, apres nak affaire de racisme mome chance la. Sinon sur omonoia c surtout la nuit, c est le quartier des prostitutes ak sen mafia…, je crois pas que ce sois raciste. .. bonne continuation, superbe style comme d’habitude.

    Reply

  6. Marième

    December 14, 2015 at 4:34 pm

    Roumains yiii, chitititi khett bou expert en ndioublang ngii nonou. Sama iphone bou bess takk nonou legn né teuf…

    Sinon pour les histoires de kholé la, ya ngi wakh google. Mais google c’est payant, gnii ak sene problemes khaliss you beuri tal negn lenene loudoul dii fey abonemment internet. Résultat: vivre en 1950 rek.

    Happened to me as well at the Zoo in New Delhi, i was with my father… and somewhere between the tigers and elephant’s cage, we ended up the main attraction, camera phones yeup pointé si nioune… nonou la visite bii yakou wé…
    My mom told an indian lady once at the market (en wolof stp) “yow mii ak sa point bou rouge bii nga def sa digenté beut yii, ak sa dioumbakh out ya diara sétane ak caméra”.

    I don’t know how to explain that phenomenon, surtout que ce ne sont pas des villes reculées quoi… Greece is def on bucket list! please post more pics! specially of the beach:

    Reply

    • NK

      December 14, 2015 at 4:42 pm

      Please tell your mom I love her and its hilarious it happened at the zoo! Out of all places haha

      Reply

  7. bintoo

    December 15, 2015 at 4:27 pm

    Sama appetit couper neu dematoumeu Athéne NK

    Reply

    • NK

      December 15, 2015 at 9:07 pm

      non boul decourager le post suivant va te faire changer d’avis;)

      Reply

  8. […] la première partie, j’ai parlé des Roumains, de la crise économique et de l’absence de noirs en Grèce. […]

    Reply

  9. tủ bếp gỗ

    August 18, 2016 at 4:42 pm

    This is really fascinating, You’re a very skilled blogger.
    I’ve joined your feed and stay up for in search of
    more of your magnificent post. Additionally, I’ve shared
    your website in my social networks

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

Adieu Kabatoki : 6ème et Dernière Partie—Adieu Kabatoki

Note: Nous arrivons à la fin d’Adieu Kabatoki, ...

error: Content is protected but I love you though!!