Sénégalités

Culture, salaires, western union et éventuellement ndol

Après un long mois de travail, que vous soyez un stagiaire exploité ou un employé avec un CDI et tous les avantages qui vont avec, et quelque soit le montant de votre rémunération,  la période entre le 30 et le 5 du mois est toujours (si votre salaire est ponctuel comme les toubabs) un moment très attendu. Travailler, c’est subir votre boss tout le mois, les collègues qui vous mettent des bâtons dans les roues, et vous taper toutes sortes de tâches qui ne font pas partie de vos termes de référence, pour après partager votre cadeau avec une cohorte de parents et parfois de vautours considérés comme amis discutables de la famille.

Bien sur que cela fait plaisir de subvenir aux besoins de sa famille, mais à quel prix?

Il faut savoir qu’au Sénégal, le salaire, comme le mariage est une affaire de famille.

Vous avez déjà été à la fois triste et heureux de recevoir votre salaire?

Heureux parce qu’enfin, vous allez pouvoir récolter les fruits empoisonnés d’un dur labeur.

giphy

Triste parce que tout le monde vous attend, prêt à vous dépecer.

rihannachainsaw.0

Les salaires au Sénégal sont généralement bas, comme pour la plupart des pays en développement et ne correspondent pas à la cherté du coût de la vie. Selon le service public de notre gouvernement:

  • le plafond de salaire soumis à cotisation est égal à 236 000 FCFA par mois au régime général en vigueur pour l’année civile 2007 (il était à 222 000 FCFA en 2006).
  • le montant des salaires ou gains à prendre pour base de calcul des cotisations ne peut, en aucun cas, être inférieur au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) égal à 36 243 FCFA par mois. (Mes premières indemnités de stage étaient de 30 000 fcfa, même pas le SMIG, mon vieux)…

Exemple du circuit d’un employé au Sénégal:

Célibataire (1)

L’heureux élu

Au Sénégal, souvent, une seule personne est responsable de toute une famille, cas typique de gestion à l’Africaine. Il y a une seule personne qui doit et se sent obligé de soutenir toute la famille pour diverses raisons:

  • Le sénégalais de l’extérieur: il est sans doute le plus fatigué de tous. Qu’il vende des selfies sticks pour vivre ou qu’il soit en entreprise, il n’a pas droit à l’erreur et personne n’a d’empathie pour lui. Il existe une idée fausse presque utopique comme quoi vivre à l’extérieur équivaut à avoir de l’argent. Pendant ce temps, le Sénégalais de l’extérieur travaille H23, joint à peine les bouts et passe la dernière heure au western union. Il ne viendra que rarement en vacances parce qu’il sera stressé juste en pensant aux cadeaux qu’il doit ramener.
  • C’est l’homme de la famille, les parents n’avaient pas assez d’argent pour payer des études à tous les petits bouts de bois de Dieu donc une seule personne a pu en bénéficié, souvent le garçon, l’aîné. C’est donc à son tour de rendre la monnaie de toutes ses pièces.
  • Tout le monde a eu la même opportunité pour faire des études et réussir mais il y en a un qui s’est démarqué du peloton et qui par son esprit entrepreneuriat ou ses idées de génie a réussi à bâtir un empire (pas forcément à travers les études, il peut avoir reçu de l’argent de ses parents pour investir dans son propre business). Mom mo tékki. Quel genre de personne serait-il s’il n’aidait pas sa famille? Que va t-il faire de tout cet argen, hein? Quel est l’intérêt d’amasser tout cet argent? De toutes les façons, sou déwé bayi ko fi (= il ne l’emportera pas dans la tombe). Souvent ce dernier tentera d’engager des membres de sa famille, essaiera de leur donner des postes de responsabilités qu’ils soient compétent ou pas. Souvent ces derniers le mèneront à la faillite, comme dans le cas de Lïsa, vous vous rappelez de cette boisson?.

L’heureux élu aura deux options:

  • prendre des gens compétents (des membres de sa famille lorsque c’est adéquat), se concentrer sur la réussite de son entreprise et être considéré comme le diable en personne, pingre, méchant et qui a oublié sa famille après avoir “réussi dans la vie“. Il aidera sa famille financièrement mais il n’en fera jamais assez.
  • ne recruter que sa famille et courir le risque d’aller vers sa perte. En revanche, il sera adulé même si les plus ingrats diront qu’il n’en fait pas assez.

Morale de l’histoire: il y en a toujours qui trouveront que l’élu est ingrat ou qu’il pourrait faire. plus. toujours.

Conséquences

  • Et sa famille?: Un jour, l’élu (qui peut également être une femme) aura sa propre famille à prendre en charge. Que se passera t-il à ce moment là? En général, la femme sera attaquée, c’est de sa faute “depuis qu’il est marié, il ne nous donne plus rien“, comme si s’occuper de sa famille était mal.
  • Paresse générale: le fait de dépendre d’une personne et de la considérer comme la vache laitière de toute la famille inhibe les capacités de cette dernière, politique de la main tendue. On en devient paresseux et on attend constamment le poisson au lieu d’apprendre à pêcher.
  • Et lui?Qu’en est-il du mal’heureux élu? Qui l’aidera en cas de pépins? Qu’en est t’il de ses potentialités? Il est retenu par ses obligations et des chaînes familiales, tellement qu’il ne poursuit pas ses propres rêves et ambitions. Peut être que cela en vaut la peine après tout, pendant son vivant, son naanu wadiour sera garanti. Il aura également reconnaissance et beaucoup de bénédictions. Après sa mort, son paradis sera assuré, bon hypothétiquement. Je pense qu’il est super lésé parce qu’il a peu ou pas d’options au cas où ses cacahuètes brûleraient. 

Etes-vous l’élu chez vous? Aimez vous ce rôle ou vous sentez vous à l’étroit? Et si c’était à refaire? Sentez-vous que vous avez atteint toute vos potentialités?

 

 

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

30 Comments


  1. Diomette

    April 25, 2016 at 1:18 pm

    Eh Allah mon sujet préféré !
    Je me souviens toujours de cette phrase que mon petit frère m’avait lancé en rigolant un jour.
    Je venais de rentrer à la maison après une semaine horrible où j’ai du supporter le rewandé en puissance de mon supérieur. J’en avais marre, j’étais à deux doigts de faire une crise au bureau. Je raconte ça à mon frère lui disant que je n’aime pas mon travail, que l’ambiance est pourri et que je déprime du dimanche soir au vendredi matin. Sur le ton de la plaisanterie je lui ai dit que je pense vraiment démissionner parce que je peux plus continuer dans ces conditions. sa réplique : “eye bofi démissionné! tu sauras ce que tu vas dire à maman! Yow kay boy mounieul rek, le salaire c’est pas pour toi, diapalni tu bosses pas pour toi mais pour plusieurs personnes. Imagine leur déception quand ils apprendront que fin du mois dolène diokh dara”!
    Voilà, legui nak chaque matin je me lève péniblement du lit en me répétant ces mots, “allez jeune fille, pense à ceux qui vont en bénéficier à la fin du mois, fène nékhoul té deuk bi ame fi job yomboul”
    Même quand tu tombes malade et que tu décides de rester à la maison y a la maman qui ne cesse de te répéter “mba dounioula dakh wala niou créela? Woté nga? ils ont dit quoi? mba mérouniou?”
    Au finish, je compte les heures que je passe au bureau et à chaque début de trimestre j’ai déjà en tête les jours fériés à venir. Le vendredi matin jarrive toujours avec un graaaand sourire au lèvres en pensant que j’ai deux jours qui m’attendent. Et je suis pas la seule dans cette situation, j’ai plein d’amies qui me disent exactement la même chose.
    Je travail pour amasser assez d’argent et régler les problèmes, pas par amour.

    Reply

    • Amadou DIALLO

      April 25, 2016 at 2:10 pm

      Diomette

      Je suis plié de rire, je vois et j’imagine la situation. Je l’ai vécu. J’avais démissionné de ma boîte, pour créer la mienne…donc je te laisse imaginer le film. En plus en l’annonçant tranquillement, du style ” Papa j’ai démissionné avant hier , je compte créer ma boite ” j’ai senti un très grand silence à l’autre bout du fil ptdrrr…”
      Le reste c’est exactement ce que tu as raconté. Excellent témoignage… à l’occasion j’en ferai peut-etre un post 🙂

      Reply

      • NK

        April 25, 2016 at 8:07 pm

        Ce serait top ca, une petite contribution de ta transition intéresserait beaucoup les lecteurs, j’en suis sûre, à commencer par moi même donc n’hésite pas.

        Reply

      • Diomette

        April 26, 2016 at 7:31 am

        Yééééé aye le jour où j’annoncerai ma démission!!! tombe des animaux. J’ai toujours trouvé bizarre qu’au Sénégal on ne te demande jamais si t’aime le boulot que tu fais, non c ‘est plutôt du “mba tanéna”? entends par là ndax c’est bien payé pfff un boulot où y a pas de cdi, pas d’ipm, rien du genre, yow daale à la fin du mois tu encaisses déme sédeulé togg xaaar le 5 du mois prochain. Quand j’explique ça à mes proches ils me disent que c’est la norme dans plusieurs entreprises et qu’il faut négocier mais pas aller à l’inspection du travail, yiiii faut surtout pas le faire…

        Reply

    • NK

      April 25, 2016 at 8:04 pm

      Et si tu cherchais à côté un boulot que t’aimerais? comme ça au lieu de te retrouver au chomage, t’aurai juste une transition à faire, reflechis-y 😉

      Reply

      • Diomette

        April 26, 2016 at 7:38 am

        NK tu sais au Sénégal, dans certaines familles en tout cas, c’est grandissant tu mets tes “rêves” de côté pour t’occuper de la réalité du moment. lol
        J’étais bon élève quand j’étais au collège mais en même temps j’adorais tout ce qui touche à la couture. foma fekk dabadakhé rek, maman avait une machine à coudre à l’ancienne là. Je me souviens je jouais avec tout le temps. Quand suis arrivée en classe de troisième j’ai fait promettre à maman de réparer la machine pour moi si je réussi à mon exam, elle a dit oui. J’ai cravaché dur et je faisais partie des 10 premiers de mon centre, mais ey quand je lui ai rappelé ma promesse ! “Démal lycée nguanane ma niaw, bama guisseutileu ci machine bi”!
        Voilà, j’ai donc compris qu’il me fallait apprendre dur, trouver un boulot convenable et amasser de l’argent.
        Après le bac j’ai suivi une formation, comme bon nombre de jeunes, j’ai peiné à trouver un job convenable avec salaire normale, ipm, ipress et autres là, je me suis donc contentée des trucs dans le noir en attendant ce fameux poste… voilà ce qui m’a mené à ma situation actuelle. Du coup pour m’en sortir je fais du xarr matt à mes heures perdues, surtout le weekend. Je me demande ce que ca donnera une fois mariée, lol
        Pathétique !

        Reply

        • Meriette

          April 27, 2016 at 11:02 am

          Bonjour Diomette,
          Peux-tu me faire part de ton xar matt please pour me donner des idées? Lol en plus de mon boulot je veux xarmarter!

          Reply

  2. Amadou DIALLO

    April 25, 2016 at 2:01 pm

    Heu dejà c’est important de dire que je suis un fou amoureux de ce blog, j’en suis dingue je dirai, le ton , le style, la forme… il est juste unique dans l’univers des blogs. Bravo et merci encore pour ces moments ( pour mes pauses, j’aime lire tes posts ).

    De bons moments de barre de rire avec ce blog

    Thanks.

    Amzo DIALLO

    Reply

    • NK

      April 25, 2016 at 8:06 pm

      merci Amadou, ça fait plaisir à lire!

      Reply

  3. Jane Sanou

    April 25, 2016 at 3:50 pm

    Hélas, tu ne dis que la vérité!!! Le salaire mensuel, parfois tu n’en profites même pas assez, tellement tu as des charges qui t’attendent. Mais n’oublions pas que plus plus tu donnes et plus tu reçois. Aidons ceux qui n’en ont pas, ceux qui sont dans le besoin. et partageons le surtout avec la famille , les parents pour avoir le Barké* et pouvoir avancer dans la vie sans crainte.

    *Barké: Bénédiction

    Reply

    • NK

      April 25, 2016 at 8:11 pm

      barké amneu solo, je dis juste qu’il ne faut pas se blesser en voulant trop bien faire

      Reply

  4. Miss Tcip Tcip

    April 25, 2016 at 6:40 pm

    Récemment j’ai du essuyer les foudres de mon patron. Je ne voulais qu’une seule chose: démissionner! Mais quand je l’ai dit à mes parents la réponse a été: mounieul rek, lo mougne mou diekh… so ligueyatoul fou niou dieum? “Inhiber mes rêves” c’est exactement ce que je fais actuellement. A 25 ans et je ne rêve plus… Je travaille pour ma famille. Quand je me fais même de petits plaisirs, la réaction est toujours la même: bayil yakh khaliss, deil dadjialei, khaliss amoufi. Comme si il m’était possible de “dadjialei” alors qu’à chaque fin du mois je distribue tout mon salaire entre mon père, ma mère, ma soeur et mon frère. Comme on le dit ici:”taawo, taw nieuk dioudou, nieuk tekki, nieuk bakh”. Je me soulage dès fois quand je vois ma mère se réveiller en pleine nuit pour prier pour moi. En même temps j’ai le coeur quand malgré mon salaire je ne peux même pas m’offrir un téléphone “normal, tactile, connexion everywhere et everytime, caméra photo pixelisée aux normes”… J’ai mal quand je touche mon salaire. Car, je ne fais que ”toucher” ces billets pendant quelques heures, mais je ne les garde ni ne les investit. Quand mes copines se payent un petit resto entre elles, moi je reste cloîtrée à la maison di calculer rek. D’ailleurs je me demande où trouverais je le prince charmant, peut être au cours d’un déjeuner d’affaires. 25 ans et j’ai l’impression d’avoir un mari et cinq mioches à nourrir. Mais bon, qui ose se plaindre? Pas moi en tout cas qui bosse pendant que ses camarades de promotion ne voit même pas la queue du diable pour pouvoir la tirer. Si je me plains, on me dira tout simplement: “iow mom gueumo yallah”… YALLAH BAXX NA…

    Reply

    • NK

      April 25, 2016 at 8:16 pm

      25 ans, tu es trop jeune pour ne plus rêver nak, d’ailleurs il n’y a pas d’âge pour rêver 😉 Je suis partisane de ”fais toi plaisir à la fin de chaque mois”, pas obliger que ce soit un truc cher, mais il y va de ta santé mentale, imagine ce que ça va donner dans 5 ans, tu vas vieillir avant l’âge, essaie de te faire plaisir dans la mesure du possible 😉

      Reply

    • karina

      April 26, 2016 at 12:00 pm

      Je vis exactement la même situation now et c’est tellement FRUSTRANT car quand j’étais à l’étranger je pouvais me permettre certains plaisir comme partir en vacances avec les copines, découvrir tel pays après un tour sur booking aller faire les soldes dans d’autres pays etc.Mais depuis mon retour rien nada même retourner en vacance à saly histoire de “changer d’air” et de se reposer un peu c’est genre “yaw ya tall ay vacances fi nigne gni amougnou sakh lougnou lek” j’aime mon boulot mais Sénégal faut avouer que les priorités sont tout autres “doundal sa famille djap thi pcq les parents ont fait des sacrifices pour que tu sois là today donc retour de l’ascenseur obligé.Une cousine a eu des problèmes avec sa mère pcq quand son frère ne travaillait pas elle avait toutes les charges maintenant que ce dernier le fait la maman au lieu de diviser non kou nek n’a qu’a envoyé le même montant. Wa legui nous qui voulions créefr notre entreprise quand est ce qu’on aura assez d’économies pour démarrer sachant que fi bene banque kou yoroul

      Reply

      • Miss Tcip Tcip

        April 26, 2016 at 4:33 pm

        mane moma diakhal… en tout cas dafa doy warr je crois que nos parents ne se rendent pas compte du mal qu’ils nous font. Résultat: on ne se développe pas puisque les plus jeunes travaillent pour les plus vieux…

        Reply

  5. Diakhanora

    April 25, 2016 at 8:57 pm

    bon moi j’ai un cousin militaire on a vécu quelques mois ensemble à klk il est caporal donc ancien avec un bon salaire et a fait des missions de l’onu” minimum 5millions par mission”. moi je suis comptable avec un brut à l’époque de 650mille. et je peux vous dire que 4jours sur 7 on se retrouvait à manger du tiakry ou du tiérék méw. nos “enl’air” pardon salaire etaient distribués entre péres méres fréres chomeurs ” et mariés” badiéne, domou badiéne etc…

    Reply

  6. NFW

    April 26, 2016 at 12:45 am

    Wow vous me faites peur! Sérieusement la première chose à ne pas faire c’est que les gens sachent combien tu gagnes. Et faut faire li nga meune, anetane sinon tu le regretteras. Par exemple tu gagnes 700, tu gardes 200 qu’importe et tu te fais plaisir avec 100. So amé parents you ame khel, ils ne te demanderont jamais quelque chose que tu n’as pas. Et gagner mieux que tes frères ne veut pas dire supporter 80% des charges. Faut commencer louy dieum keur! Et travailler pour gagner de l’argent sans plaisir mom comme tu l’as dit NK c’est maguette avant l’heure.
    Mane dal j’aide ma famille, les nécessiteux et je garde de l’argent pour les imprévus.
    Pas de dépenses inutiles genre kou guestou néleu je veux les dernières chaussures…
    Miss tcip tcip achète toi un très beau portable et sort diner et rencontrer des gens.

    Reply

    • Miss Tcip Tcip

      April 26, 2016 at 4:37 pm

      mdrr… Je vais ESSAYER, je dis bien ESSAYER de faire cela. Exemple concret des amis m’ont invitée à dîner ce soir walaye et je me dis que (pour vous dire à quel point je suis acculée) “mais beineu instant, les 3000 que je vais payer pour le taxi khadioul feineine?”. Depuis 10 heures je me demande si j’y vais ou non, c’est drôle mais en écrivant je me rends compte que ma vie devient de plus en plus “sans couleurs”…

      Reply

      • NFW

        April 26, 2016 at 9:43 pm

        Alors ce diner??? Hope you enjoy it! lol

        Reply

      • xxx

        April 28, 2016 at 12:04 pm

        Miss TCIP TCIP,

        Juste pour te dire que li yeup déy dial!

        Focus on your dreams, keep doing your best and imagine the better life you will soon have.

        En attendant, del def sport salle yo khamni cours 1 000 f la, déy khoumb, vas voir les gens, di promener wou, di deme sokhamon, Jus 1 500 la fay diar, di déme pointe léke bouthie 1 500 la, dieundeu maad déme guédj tok. di déme rencard (bien sûr restau offert), di déglou musique, di dieundeu glace 1500.

        Sinon il y a des boutiques à Yoff Pikine qui vendent des habits ZARA massimo dutti ay lunettes, maillots pas chers, wala marché samedi wala mercredi, nga déme flaner fofou, di niawlou, tu te fais plaisir.

        Kou am diom, yalla dala diapalé, alors bon courage. Et profites des loisirs pas chers mais surtout déle deme rencard. Té boul yobou khaliss wala carte GAB.

        Un autre conseil qu’on m’avait donné : diviser son salaire en 3. 1/3 pour les parents, amis, mboks et autres, 1/3 pour tes dépenses propres, 1/3 pour épargner. C’est un des meilleurs conseils que j’ai reçus. Mais en même temps, je ne suis pas soutien de famille. Donc je ne sais pas trop comment ce serait.

        Mais ça peut s’améliorer avec plus d’organisation et de débrouillardise!
        Et bien sûr, cherches un job mieux payé!

        🙂

        Reply

        • Na

          May 6, 2016 at 10:52 pm

          Ah ah ah! XXX mane sa team la bon! Très bien… Sinon c’est un sujet “d’expérience”! Tout est dit dans tous les sens.

          Reply

  7. RN

    April 26, 2016 at 10:58 am

    ……et le jour où ils se sentiront en sécurité (s’ils n’auront plus besoin de toi) maname beuss bou gnou téké, tu seras la personne à abattre…. Tout y passera je dis bien TOUT. Ils oublieront qu’à un moment donné de leur vie ils étaient tellement dans l’indigence que tu t’es sacrifié pour eux… que tu as sacrifié tes envies pour eux ….que tu as sacrifié l’avenir de tes enfants pour eux et j’en passe….

    Ils oublient qu’ils étaient venus s’installer chez toi sans gène…. que même pour certains tu t’es décarcassé pour leur trouver du travail (qu’ils dénigrent)…. qu’ils t’ont envoyé leurs enfants parce qu’ils sont à l’université et que tu es le seul parent résidant en ville… que tu leur as payé des habits, des chaussures (et à leurs marmots)….. que tu leur as envoyé la DQ tous les mois…. et que même dès fois ils ne se sont pas gênés de t’escroquer carrément…. et que tu as supporté….. et dans la dignité.

    Moi je dis vivez, faites vous plaisir, ne jamais accepter dans sa vie quelque chose qui au finish vous la rendra hypothétique. Ba nguey dinague ils étaient où??? ba ngaye dakhanté ak bus yi pour beigna tardé cours ils étaient où??? ba gnou ley fayal (tes parents) tes études ils étaient où??? Dites NON quand il le faut parce que Jamais je dis bien JAMAIS ils ne le feront pour vous ou vos enfants…. et je parle en connaissance de cause…

    A BON ENTENDEUR!

    Reply

  8. Ramata

    April 26, 2016 at 3:28 pm

    Hello NK! Toujours un plaisir de lire tes articles 😉

    Ce dont tu parles est vrai et très courant dans la société sénégalaise. Mais heureusement, il y a de merveilleuses exceptions.
    Je donne mon exemple: lorsque j’ai touché mon premier rappel de bourse à l’université, j’ai mis toute la somme entre les mains de mon père. Il a formulé des prières et m’a tout remis en me disant de ne pas oublier de donner de l’aumône. Lorsque je lui ai demandé de prendre une partie de l’argent pour lui, il a simplement décliné l’offre. Ma mère a fait la même chose. Ils m’ont fait uns liste de N choses que je devais régler pour moi-même avec cet argent et m’ont dit: “le fait que tu arrives à régler cela pour toi est une charge de moins pour nous, c’est déjà bien. Occupe-toi de tes dépenses et si ça ne suffit pas on te viendra en aide”. Voulant coûte que coûte faire quelque chose, j’ai subtilisé une des factures de la maison que je suis allée payer à leur insu. A chaque fois que je recevais mon argent, je leur faisais des cadeau en nature.

    Cela a continué ainsi jusqu’aux salaires que je perçois. Depuis que j’ai commencé à travailler, mes parents acceptent avec plaisir que je leur donne de l’argent; mais ils ne veulent jamais que je dépasse certaines sommes. Ils sont les premiers à me dire “prends soin de toi, habilles-toi bien, mange bien et sainement, etc. Ce que tu fais pour les autres ne doit pas t’empêcher de vivre de ton gain”. Donc, jusqu’à présent, ce que je fais pour la famille ne m’est pas imposé. Mais on m’a toujours appris que “wadiour loko défal wor ngako xèb té sèn xol bou sedd moy tax nga barkel”. Du coup, les choses se font naturellement.
    Et pourtant, les “mbokk” et “deunkeundo” les plus proches ont leur part; mais une part qui ne m’a pas été imposée non plus. C’est quelque chose que je fais comme je le sens et pas à chaque fin du mois. “Yenn saay nga défal sa badiène touti téranga, wala sa yaye djou baax dji ci kogn bi”, c’est le geste qui compte donc “pissou wax sax baxna”, en autres.

    Bref, des exceptions existent et c’est toujours un énorme plaisir de partager avec sa famille ce que l’on a. Seulement, on le fait mieux quand rien ne nous est imposé et qu’on nous laisse à nous aussi la possibilité de “prendre part au gâteau”.

    Reply

    • Meriette

      April 27, 2016 at 11:09 am

      Ndeysan, yalna diamm yagg!! Beau témoignage. Si seulement tous les parents résonnaient comme ça…

      Reply

      • Ramata

        April 27, 2016 at 11:24 am

        Amine way Meriette, yalna jamm yagg pour nous tous! Je pense aussi que même si on a des parents qui nous “prennent tout”; il faut apprendre à épargner même si c’est à leur insu.

        Reply

    • KK

      April 27, 2016 at 7:17 pm

      Ndeyssaaane

      Reply

  9. Momo

    April 26, 2016 at 4:53 pm

    Ehem. Commentaires très très imagés. Ca se sent que les gens qui partagent leurs expériences parlent avec le coeur.
    Pour ma part je suis toujours à la fac donc je ne suis pas concerné directement. N’empêche je me sens concerné (dont ask me why ).
    A mon humble avis, il faut toujours se faire plaisir. Ca peut être un petit truc de temps en temps ou être très étalé dans le temps mais it has to be. Ce ne sont pas les gens qui se reveillent le matin a votre place, affrontent les bouchons, put up with colleagues and bosses.
    Le retour dascenceur on en parle? I mean je suis tout a fait daccord. On doit beaucoup (voir tout) aux parents but still. Les parents ne nous envoie pas l’ascenseur pour qu’on le leur renvoie. Hunhun SMH. C’est pour qu’ à notre tour nous puissions faire pareil ou mieux avec nos propres enfants.
    La question du montant du salaire et de qui doit connaitre sa valeur reste un de nos plus grands maux. Si nous étions transparents dessus on comprendrait que quelqu’un qui a un salaire de 200 000 FCFA par mois ne peut pas conduire une Range Rover (Im just saying). Et du coup chacun saurait concrètement ce quil peut attendre de l’autre tout en gardant en tête que cest SON ARGENT meaning they can do whatever the hell they like about it.

    Reply

  10. LD

    April 30, 2016 at 3:24 pm

    Salam Aleykoum Tout le monde va bien j’espère!
    J’ai lu tous les commentaires et on s’y retrouve je l’avoue. J’ai beaucoup aimé cette commentaire de RN ” ba ngaye dakhanté ak bus yi pour beigna tardé cours ils étaient où??? ba gnou ley fayal (tes parents) tes études ils étaient où??”. De nos jours aussi on se rend compte qu’être brillant super diplômé genre Bac+8 ne veut pas dire avoir un job ou avoir un bon job donc si vous avez un job sachez seulement ce que vous voulez et faite passer vos priorités avant toute chose, la famille en est une et faite vous plaisir aussi sortez à la plage, les restos chaque 2 weekend ou mois selon votre disponibilité ne vous fera que du bien et y’a de très bons resto à Dakar: Chicken corner guinar amounou ci morome dama beugue guinaar nak lol, piazzola, yum yum, Mokaï etc…

    Reply

  11. Tawoo taaw

    May 2, 2016 at 9:47 am

    Ton écrit est décrit juste la triste réalité.
    Dans les commentaires plus haut, je vois les gens dire qu’ils sont salariés. Je crois que les charges que l’on vous impose restent convenables.
    Stagiaire en dernière année d’étude, vivant à l’étranger, connaissant les galères que bon nombre d’entre nous ont vécus. A la fin du premier mois j’ai droit à un il faut que tu m’envoies de l’argent, pour ta tante, ton oncle, un petit cadeau à papa, ah il faut pas oublier oustaz. Et quand l’envoi prend du retard pacque tu penses à ton découvert et toutes les dettes que tu vas devoir encore accumuler pacqu’on est le 02 et que tu n’as déja plus rien on te traite d’avare. Attendez au moins qu’on soit salariés.
    Les réalités sénégalaises…

    Reply

  12. FD

    November 16, 2016 at 2:01 am

    Moi je donnerai tout pour etre l’elue. C’est la seule chose qui me retient dans mon Canada di mierda

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

Penda, Raissa, Rouba et Marichou: nos attentes irréalistes de la femme Sénégalaise

Namone ngen ma? Aka malen rawone. Mon niveau ...

error: Content is protected but I love you though!!