Jigeen, Rant of the Day/ Niaxtou

“Je suis une femme sénégalaise et je ne sais pas cuisiner, wa légui nak?”

Le nombre de fois qu’on m’a dit:

“Tu as de longs ongles dé, ça se voit que tu ne fais rien, amo ndieurigne”, dit la fille qui, au fond de son coeur veut des ongles longs et on fleek.#ignanepointcom. (random piece of info: I love cute nails)

giphy

et que j’ai voulu répondre:

“Kou moun labou ak wé you goudou warna moun togu”

Sougn meu si diokhone 100 francs à chaque fois, batey amna R+3. Pour info, les longs ongles peuvent faire aisément ce que les ongles courts peuvent faire, c’est juste une question d’habitude et de réajustement. J’ai voulu parler de cuisine aujourd’hui parce qu’une fidèle lectrice et amie qui ne sait pas cuisiner me l’a demandé cela fait un moment et en tant que Lannister, je paie mes dettes littéraires (game of thrones reference). Ensuite, ça commençait à me saouler que les femmes mariées autoproclamées super dionguées critiquent les autres femmes (célibataires ou mariées qui ne savent pas cuisiner).

He told her « a way to a man’s heart is through his stomach»

She said « Well what about the way to a woman’s heart?»


Sans transition, les sénégalais veulent une femme vierge mais qui a de l’expérience…

giphy-1

De la même manière, ils veulent une femme digne d’une candidate de TopChef même si elle allait à l’école en même temps que ses frères et que le weekend était réservé à Oustass. Certaines mamans en font un point d’honneur d’apprendre à leurs filles à cuisiner. D’autres repoussent tellement qu’un beau jour, leurs filles se sont mariées avant d’avoir pu apprendre. Si vous avez fait un stage intensif de cuisine avant de vous marier, levez la main. Et vous les hommes, vous avez été formés en quoi avant de prendre épouse?

Combien de mamans de nos jours apprennent à cuisiner à leurs enfants , le weekend ou pendant les vacances ? (partagez votre relation avec la cuisine en commentaire, notamment qui vous a appris à cuisiner, cuisinez vous? etc). Les mamans sont trop adorables, elles se demandent toujours pourquoi leurs filles ne savent pas cuisiner, alors que techniquement, elles ne leur ont pas appris.

Faits :

  1. Certaines femmes ne savent pas cuisiner et elles n’en sont pas moins des femmes. Et devinez quoi ? Elles peuvent apprendre, si elles le veulent et lorsqu’elles l’auront décidé. On peut toujours apprendre.
  2. Certaines femmes qui sont des cordons bleus se comportent comme si elles étaient supérieures aux autres femmes (qui ont d’autres capacités qu’elles n’ont pas, because life) et s’empressent de leur dire que leurs hommes vont bientôt aller voir autre part si elles n’apprennent pas vite, oubliant qu’une personne qui décide d’aller voir ailleurs ira voir ailleurs même si sa femme avait créé le Cube Maggi, ou qu’elle était elle-même the Cube.

Random Note: Si vous vous retrouvez dans ce que je vais dire, faites moi signe;) A un certain moment, ma mère ne supportait plus qu’on lui demande ”lougnou agné” ou “lougnou réré” ou “lougnou togue?”. Je me suis toujours demandée pourquoi  jusqu’à ce que je me marie. Effectivement après un moment, ça devient fatiguant parce que si on analyse bien, on nous interroge sur le même sujet 3 fois par jour, tous les jours, et environ aux mêmes heures. Si vous êtes mariés ou en tout cas si vous vous occupez de la nourriture chez vous, dites moi en commentaire si ça vous fatigue ou pas.

giphy-3

Mon historique avec la cuisine :

Je n’ai pas grandi en cuisinant, wakh deugu. Il y avait tout le temps quelqu’un pour le faire. Ma mère cuisinait tout le temps apparemment avant que je ne naisse. Je me rappelle qu’elle cuisinait parfois quand on avait des invités et bon Dieu qu’elle cuisinait formidablement bien. Je me rappelle encore de ses gambas farcies et j’en suis toute émoustillée. Tout le monde faisait du kharane à la maison et j’aurai fait pareil. On avait des invités tous les Vendredis et au delà de me sapper dans mon yéré wolof, j’étais pressée du déjeuner parce que même si on mangeait bien tous les jours, les Vendredis étaient exceptionnels comme Youssou Ndour.

Bref, elle m’a eue tard et avait rendu le tablier quand j’étais assez grande pour apprendre à cuisiner. Les rares fois quand elle cuisinait, je l’observais amoureusement (dama ko fanwone nak) parce qu’elle était juste tellement élégante dans tous ses mouvements. Je ne l’aidais pas (ça la retarderait), je la regardais juste en souriant bêtement et en attendant les fameux « kay mosseul meu » et “meu doli khorom wala?”, Machallah moss rek lay def.

Ensuite, je suis allée à l’université aux Etats Unis ne sachant faire que des œufs et des crêpes. J’ai d’abord habité avec mes frères et je me rappelle que le deuxième jour de mon arrivée, un ami à eux, trois secondes après qu’il m’ait rencontrée m’a dit : « ah je suis contente que tu sois là, je vais venir manger ici tous les jours du thiep ». J’ai rigolé, il était trop tôt pour dévoiler mon vrai visage.

Heureusement pour nous, notre frère aîné cuisinait divinement bien, yagu deuk mom ken #toussa, saf lokho leu def (coucou Tapha!). Je faisais les courses et la vaisselle, et il gérait nos ventres jusqu’à ce que je déménage au campus. Là bas, je mangeais à la cafétéria donc beu légui je n’ai pas appris à cuisiner parce que je n’en voyais pas l’intérêt.

Un été en vacances à Dakar (et surtout avant que mes amis n’arrivent pour qu’on gère notre summer proprement), je m’ennuyais et je me suis dit tiens et si j’apprenais à cuisiner? J’avais 18 ans et je me demandais ce qu’était ben tchin et niari tchin exactement (ma ngi khar beu kenn juger meu rek). Ce que j’ai oublié de dire, c’est que j’adore manger: si je n’étais pas blogueuse culture et société, j’aurai non pas un blog de cuisine mais un blog de gouteuse pro, d’ailleurs je ne peux m’empêcher de partager de bons plans des fois sur le blog. Disons le et mourrons : le Sénégal a une cuisine exceptionnelle et des restaurants très saf. Cet été là, j’ai commencé à ndougou et appris à cuisiner pendant à peu près un mois. J’avais un petit carnet et je notais les dosages pour les épices que je nommais « Nokoss 1 », « Nokoss 2 » etc. Jusqu’à ce jour, la cuisinière/ grande soeur qui me formait se moque de la nomenclature que j’utilisais. Ma mère était aux anges, elle était heureuse que je me décide à apprendre même si elle pensait que j’étais amoureuse et que je me préparais au mariage. Effectivement, j’étais amoureuse…. mais j’apprenais par curiosité et parce que ceebu dieune is actually major bae.

J’ai appris trois choses cet été là :

  • Le thiep prend du temps à cuisiner
  • Je ne peux pas dédier ma vie à passer 3h en cuisine tous les jours
  • J’aime cuisiner (et personne ne m’a forcée à apprendre), mais surtout j’aime la patisserie (plaisir découvert plus tard)

Si ce n’était pas pour ce mois de curiosité, je ne serai pas au niveau où je suis aujourd’hui.

Toutes les femmes ne savent pas cuisiner, elles n’ont pas appris ou tout simplement ça ne les intéressait pas. A celles à qui on a imposé la cuisine le weekend, félicitations. La chasse, la pêche et la cueillette: on en a tous besoin mais sachez que gni todioul fi, todj negn fenen. Savoir cuisiner permet d’économiser de l’argent. C’est un atout de savoir cuisiner mais ça ne donne pas le droit de s’attaquer à celles qui ne savent pas cuisiner. Apprenez à votre copine, amie, soeur à cuisiner si vous le pouvez. Donnez lui des astuces mais ne lui faites pas se sentir moins que femme parce qu’elle ne sait pas comment rossi, mousseul ou soorr au bon moment. We must do better with the bullying.

Leçons:

  • Si vous leur (vos enfants) apprenez à cuisiner, apprenez aux garçons aussi. C’est une question de survie. Quand vous les aurez envoyés à l’étranger, dites vous que 3/4 de l’argent de poche (votre argent) va dans les fast foods. Quand ils viennent en vacances passant souvent de Lucky Luke à Michelin, sachez que c’est la faute au McDo.
  • Cuisiner, c’est important (surtout pour les gens tiit comme moi), mais les femmes qui cuisinent ne sont pas de “meilleures femmes”, #kengueunoulken, ce sont juste des femmes qui sont saf lokho.

Racontez moi vos expériences culinaires! Cuisinez-vous? Avez vous appris tard? Vous-a t-on jugé? Avez vous eu des sueurs froides avant le mariage? Dites moi tout ouu ouu #perecastorvoice

 

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

75 Comments


  1. Diomette

    November 15, 2016 at 8:32 am

    J’imagine la réponse des femmes de chez moi et j’en rigole lol ! “hum, qui day wakh louko nekh rek, djiguène mom sett ak meune togg laniouko wara xamal ! La où je vis, un plat raté peut mener à la 3ème guerre mondiale !”Tu la vois bien sapée et maquillée là, dou togg, makhala meunouko ! sacrilège ! ” kxkxkxkxkx

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:12 pm

      nitt kou nekk warna diangu togu, je dis juste que kou mounoul togu raterwoul lifeum quoi lol

      Reply

  2. Mary N.

    November 15, 2016 at 8:54 am

    I relate so much to this ndeysane ! Sauf que quand shui allée au Maroc I wasnt living at the campus. Une amie bou bakh ndeysane elle m’a écrit des recettes et elle m’assistait des fois et après i knew the way. Et le reste vint apres. je crois que les gens de chez moi si on leur enlevait le privilege de me charier sur la cuisine il s’ennuirait drolement. It always revolves around that. Et encore quand je fais des gateaux wala niom pancake j’ai droit à yeufou toubab yi mom meune ngako.
    Say it deh ! Kou mounoul fii meun feulei. It didnt took me long pr apprendre so people should stop making a huge deal about it.
    Mdrrrrr ben tchin ou niari tchin though hahaha you beat me

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:18 pm

      J’avais des cartes telephones juste pour appeler à dakar niou diapalerma mdr et puisque ma mère passait son temps à rire,la carte finissait avant que je n’aie toute la recette LOL

      Reply

      • Anonymous

        November 15, 2016 at 7:25 pm

        Mdrr

        Reply

  3. Mimzo

    November 15, 2016 at 9:55 am

    Comme beaucoup de sénégalaise on nous mises à la cuisine “par force”comme ont dit! Je sais donc cuisiner mais je déteste cela car j’ai l’impression que cela me réduit au rang de diongué et cela ne me convient pas du tout, alors là pas du tout!!! Yalla defna que je n’ai que des garcons et à mon grand plaisir mon aîné aime cuisiner et par jalousie son frère veut s’y mettre aussi car je les valorise beaucoup avec des compliments!! Donc je les encourage beaucoup car je leur apprends aussi qu’on est jamais mieux servi que par soi meme et que les femmes ne sont pas faites pour servir les hommes! Moi ce qui me tue le plus c’est le Senef qui rentre au pays et qui refuse même de soulever une cuillère alors que dafa togg ba deh en france: yassa nen (yassa aux oeufs car galère pour payer le guinar!) ci sama frère laako deggéé!! Anyway, Je cuisine quand je veux, si je veux. Sinon ma commandé: il y a tellement de magnifiques femmes qui savent si bien faire et serait tellement heureuses de me sauver (LOL)

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:20 pm

      C’est super ça! hahah je te jure, des qu’ils rentrent à dakar, ça y’est, té nio dakk togu fi

      Reply

  4. sarata

    November 15, 2016 at 12:21 pm

    haha et c vrai en plus man suis la seule a pouvoir manger ma cuisine
    a part mon zom nga khamni ndeysanne louma togg dey nekh une semaine apres lay tokk nanma ”le mafe de samedi passé était trop pimenté ou manquais de sel ”
    perso on m’a jamais appris à cuisiner c’etais tout le temps “balla nga am djeker nga djang”
    amna djeker t ken djangalouma so je me debrouille

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:24 pm

      hahahah grawoul tu vas te parfaire plus tard, faut chercher des gouteuses pro comme moi

      Reply

  5. Carvi

    November 15, 2016 at 12:54 pm

    Je me retrouve entièrement dans cet article, c’est après le mariage que j’ai appris à cuisiner et mon mari savais que je ne savais pas cuisiner, je n’en ai jamais fait une histoire, j’étais au fond de moi convaincu que je sais cuisiner

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:25 pm

      looool ce qui me tue c’est “j’étais convaincu que je sais cuisiner”

      Reply

      • Carvi

        November 15, 2016 at 4:47 pm

        Ben oui et la conviction ça paie hein car j’ai appris en 1 mois

        Reply

  6. Anonymous

    November 15, 2016 at 2:26 pm

    moi je trouve que le tiep est long à faire et au sénégal meune togue est synonyme de meune tog tiep.
    il faut qu’ils arretent de penser comme ca.
    kouy chomer souleu nekher tok journée tog mais deuk bi ken amoul temps di preparer aye 3h ou 4h de temps.
    Je rappelle qu’il n y a pas que la cuisine sénégalaise et on ne peut pas passer toutes nos journées à preparer.
    Arretez de juger les femmes akh
    Omelette sakh plat leu bouniou ken dameu.
    Nimeu diepiwer les femmes qui nous sortent “ahhh tu ne sais pas cuisiner ? kone deh seu dieukeur moungui dokhane, goor mom neu bireum fess rek ) melni gni meune togue leurs maris sont contents d’elles et ils leurs sont fideles.
    Non ken meunoul wakh lep eupance.

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:26 pm

      hahahhahahahahha

      Reply

  7. diarrah

    November 15, 2016 at 2:33 pm

    merci pour cet article NK c’est toujours un plaisir de te lire. pour ma part je fait partie de ceux qu’on a appris a cuisiner pendant les grandes vacances et les week ends . et j’avoue que quand j’apprenais je prenais un reel plaisir de le faire parce que je me sentais plus femme et moins fillette lol. et aussi j’admirais ma grande soeur qui meme a 17 ans faisait toute seule des mechouis dont toute la maison rafollait( faut dire qu’elle sy est mise tres tot). mais franchement legui mom jaime pas faire la cuisine. c’est vrai que meune na limay meune et que je cuisine plutot bien mais je pense que savoir cuisiner ou ne pas savoir cuisiner c’est une decision personnelle. parce que kou neik ak sa biir. mais je trouve que c’est un atout dans la vie et que ce nai pas une question d’homme ou de femme mais chacun doit pouvoir gerer son biir tout seul. je trouve vraiment niak fayda pour un homme de devoir dependre d’une femme pour manger de la bonne bouffe. apprends et sert toi man!!! c’est tellement simple. apprendre a cuisiner c’est pour moi comme apprendre a conduire. soit tu apprend et tu conduit ta propre voiture foulla neikh deim koulla neikh yobou. oubien tu n’apprends pas guay oute covoiturage wala di dougue si car rapide yi ak bus yi. bou marchei neikhei gua dieul taxi lol.

    merci pour ce nice article.

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:28 pm

      hey diarra merci 😉 c’est ça, l’essentiel c’est de faire ça avec plaisir, et si t’as pas envie, de ne pas se faire juger pour ça

      Reply

  8. Adja

    November 15, 2016 at 3:05 pm

    Tu as raison mais bon je trouve que c’est toujours un plus de savoir cuisiner parce que disons le tamit dans notre société là les garçons dont souvent macho. Ils se disent qu’est ce que je vais faire dans la cuisine? C’est vrai ce n’est pas tout le monde. Chez moi les garçons cuisinent même mon père (ah je me rappelle de son mbaxal tout safff qu’ils nous avaient fait). Bref, perso j’ai appris à cuisiner quand j’étais encore à l’école primaire et même à aller au marché parce que ca va de paire. Ma mère me faisait une liste qu’elle mettait fans une petite pochette et je partais puisque le marché etait près de la maison et la bas il y avait une dame chez qui j’allais directement vu qu’elle avait tous les légumes. C’est comme cela que ma passion pour la cuisine s’est développée. J’aime trop cuisiner et je le dis encore je pense que c’est un plus sans critiquer celles qui ne savent pas cuisiner bien sur. Mais bon comme tu l’as dit c’est une question de survie. Je suis actuellement à l’étranger et les fast food sans que tu rended compte ca amène tout ton argent ce serait donc bien de pouvoir se debrouiller un peu tout seul. Et quand tu te maries ton homme ne voudra pas toujours manger des plats achetés si tu habites pas au Sénégal où il y a les bonnes pour cuisiner bh dans ce cas faudra garder les 50% du salaire pour manger lol. Je t’ai vu sur sunusnap et baaam le coup de foudre. Bisous.

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 3:30 pm

      C’est carrément un plus, financièrement tu économises, et sur le plan de la santé, tu peux gérer ce que tu manges, limiter le sel etc, merci à toi, au plaisir de te relire 😉

      Reply

  9. Marie

    November 15, 2016 at 3:41 pm

    Super article I mean tu as tout dit ! Et puis avec Internet (Youtube ak Tatsty rek rek) c’est à la portée de tous d’apprendre à cuisiner. Comme tu dis il faut juste s’y intéresser !

    Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 4:09 pm

      grave, les blogs cuisine font un excellent boulot

      Reply

  10. Les Femmes en cuisine

    November 15, 2016 at 3:47 pm

    NK. Tu devrais forcer tes intervenantes à mettre leur photo. Yalla bouma am jabar you melni yène. Bande de féministes frustrées. La place de la femme c’est la cuisine comme le disait le président du Nigéria.

    Reply

    • Mimzo

      November 15, 2016 at 3:56 pm

      Ah ah ah! Yow yaa frustré!! Et puis sooyuniu deh!! Donc wutil feeneen!!!

      Reply

    • NK

      November 15, 2016 at 4:09 pm

      MDRR est ce que niom bougounegn dieukeur bou melni yaw aussi

      Reply

    • KHADIJA

      November 15, 2016 at 4:13 pm

      hahaha macho et drole a la fois.
      rares sont les femmes cordons bleu de nos jours iow dal so beugué diabar takal rk tei yalla takh si tu cherches cordon bleu laaaa tiéééé je te conseille de produire ta propre emission TOP CHEF mais version je veux marier une cordon bleu
      khana leerna

      Reply

    • WAKHSAXALAT

      November 15, 2016 at 4:30 pm

      @Les Femmes en cuisine, Bro lolou mo takh officielement je ne sais pas cuisiner, (Bees bou soxna-ci xammé né tu est un cordon bleu tu es cuit). Les femmes senegalaises ont souvent une image pas tres cool du gus qui traine en cuisine. Therefore, I just cook for myself :).

      Reply

      • N

        November 15, 2016 at 4:36 pm

        Totalement faux ! Mon mari est un excellent cuisinier et ça ne veut pas dire que je ne l’aide pas ou qu’il passe son temps à faire la cuisine. Il faut savoir faire la part des choses. Un couple c’est deux personnes, vous devez vous entraider dans toutes les tâches de la maison.

        Reply

      • Les Femmes en cuisine

        November 16, 2016 at 11:52 am

        Bro c’est la même chose pour moi. J’ai cuisiné un certain temps mais personne ne le saura.
        @Mimzo @Khadija @NK Votre opération d’émascultion de l’homme sénégalais ne marchera pas. Homme qui cuisine prince charmant ou coquet ou romantique mon oeil. Les gars arrêtez d’être des défaillants.
        Vous les femmes retournez à vos fourneaux.

        Reply

        • WAKHSAXALAT

          November 16, 2016 at 12:48 pm

          Tout a fait il s’agit purement et simplement d’une operation d’emasculation. Le paradoxe c’est que certaines d’entre elle ne veulent pas non plus du gars sympa, attentionné et cordon bleu. Le pauvre gars du post de la semaine derniere à ete litteralement fouetté (nice guy looking for love).

          Reply

          • KHADIJA

            November 16, 2016 at 2:33 pm

            @wakhsaxalat @leshommesencuisine prtant cuisine bi gooréna dei la preuve kan madame epluche les oignons vous gerez le rossi tiep bi téleu paré rk niou anie dialeu si lenene .its all about LOVE
            bref sommes pas en operation d’emasculation on vous exhorte juste a etre moins macho sinon moins exigeant wala rek plus jongué

            Reply

            • WAKHSAXALAT

              November 16, 2016 at 2:45 pm

              Point taken, it is indeed totally about love. btw 🙂 I really appreciate the tone. This is what we call being refined while firmly standing on what you believe (tout le contraire de certains appel au meurtre et autre joyeusetés vues sur la page facebook).

              Reply

              • Les Femmes en cuisine

                November 16, 2016 at 3:08 pm

                @Khadija laisse mon pseudo tranquille. Mais sérieux je suis d’accord avec toi qu’on peut aider mais pas jusqu’au rossi. Mais c’est à faire avec beaucoup de précaution, au cas par cas. Comme l’a dit wakhsakhalat s’il y a l’amour véritable entre vous l’entraide sera au rendez-vous. Mais certaines veulent sournoisement inverser les rôles.
                Vous voulez nous priver du taille basse avec la démarche, tiébou djeune beugueuthj soul, bissap, bouye, ditakh, ginger ndiarou soow et j’en passe.
                Paradis sur terre c’est ce qu’on cherche et pas des Mrs Underwood.

                Reply

                • KHADIJA

                  November 16, 2016 at 3:39 pm

                  lollllll je laisse ton pseudo tranquil mais promets moi de preparer une omelette pour ta dame à chak fois kel t reprochera tn oisivete a la maison(boudei amnga)
                  je te jure o bout de 3 omelettes tu verra k diameu mo geune aye elle ” bissapera” bouyera” ditakhera” et pleins dotr just pr toi
                  c’est juste le rendez vs du donner et du recevoir
                  love love mokay faye pas besoin de mesurer ou de limiter ton soutien iow dal diokhel rk bilay dinga recevoir
                  @wakhsaxalat wa meurtre nak daniou kmprendoul rk lepp si femm leu je crois

                  Reply

                  • WAKHSAXALAT

                    November 16, 2016 at 5:48 pm

                    @Khadija Walay dieufleunté akk borom xeel, il y’a rien de mieux. Je te promet il y’a des femmes dont les paroles sont plus douces que le miel. Dagay rouss sakh di lenn bayi niouy soone wala toogue (Ce sont veritablement des Reines). Il y’en a d’autres nakk dont les mots sont du fiel et qui sont en mode total war, renter a la maison sakh do ko beug deff, souniou la xassé ngua dieppi sa boppe .
                    You are not our ennemies, you are our partners the rocks of our lives and the flowers of our dreams.

                    Reply

                    • Les Femmes en cuisine

                      November 16, 2016 at 8:26 pm

                      Wakhatiko dé bro. Khadija je sais pas si tu joues le rôle du bon flic mais toi tu sembles savoir comment pousser un homme à mieux s’investir dans une vie de couple en douceur sans opter pour la confrontation. Chapeau bas. Tu es bien l’exception qui confirme la règle. Pour toi et uniquement pour toi les hommes en cuisine 🙂

              • Les Femmes en cuisine

                November 16, 2016 at 3:21 pm

                @Wakhsaxalatt, je viens de lire la page Facebook pour comprendre ta remarque. Débile, âge de pierre, idiot. Eh ben.
                Il y a même mes co-genres qui me font la fête.
                Bravo NK je vois que tes frustrées de féministes avancent bien dans leur projet.
                Mais je n’ai que faire de vos piaillements. Retournez à vos casseroles.

                Reply

                • WAKHSAXALAT

                  November 16, 2016 at 6:01 pm

                  Djaambaar, yow tu as eu droit a une émeute en bonne et due forme.

                  Reply

                  • Les Femmes en cuisine

                    November 16, 2016 at 8:29 pm

                    Copain j’ai vu leur hystérie. Danio Jafour comme on dit. Dommage que je n’ai pas pu répondre au moment opportun. Mais partie remise.

                    Reply

                    • NK

                      November 16, 2016 at 11:14 pm

                      partie remise diaroul sori; écris une contribution et je poste ta réponse Jeudi prochain sans faute.

                • NK

                  November 16, 2016 at 11:12 pm

                  Bravo à toi, je ne peux pas gérer les réactions des gens nak, je poste tout et j’approuve tous les commentaires, même ceux avec lesquels je ne suis pas d’accord, liberté d’expression et de partage mo fi am walabok?

                  Reply

              • NK

                November 16, 2016 at 11:09 pm

                I second that

                Reply

        • NK

          November 16, 2016 at 11:06 pm

          Heureusement Dieu fait bien les choses 😉

          Reply

          • Les Femmes en cuisine

            November 17, 2016 at 9:50 am

            D’accord NK. Je vais écrire ma réponse. Cela va faire très mal 🙂
            Donne moi une adresse mail où te l’envoyer please.

            Reply

            • KHADIJA

              November 17, 2016 at 10:16 am

              vive la reponse ahahah dou yomb mais vas y doucement apres tout on joue dans la meme equipe @nk je t’aide a trouver des sponsors pour la prochaine contribution hahah ca merite un teasing way

              Reply

              • NK

                November 17, 2016 at 6:15 pm

                khana? sponsor rek lay weur

                Reply

            • NK

              November 17, 2016 at 2:02 pm

              lessenegalites@gmail.com au plaisir de te lire!
              ps: ca ne va pas me faire mal, j’aime les echanges

              Reply

              • Les Femmes en cuisine

                November 17, 2016 at 4:47 pm

                C’est noté. Tu auras mon texte Dimanche ou Lundi. @Khadija, pas de doucement, tu n’as pas vu ce que j’ai pris sur facebook. Guerre dafay saf mondiale. Dou meuna yomb!

                Reply

                • NK

                  November 17, 2016 at 6:14 pm

                  Can’t wait!

                  Reply

            • Mimzo

              November 24, 2016 at 1:03 pm

              Ah ah ah. Je comprends mieux votre post auquel je suis la premiere à repondre. il semble que waa Facebook nio geuneu tangg que ceux qui repondent sur la page du blog!!! Aythia book, na guerre bi saff mondiale!!! C’est dans la confromntation des idées que jaillit la lumière!!

              Reply

    • Nokoss

      November 23, 2016 at 4:10 pm

      Toi tu es constipé intellectuellement . On priera pour ta délivrance

      Reply

  11. Oumy

    November 15, 2016 at 3:54 pm

    Bi fort na…Je pense c’est quand j’ai commencé à marcher que j’ai commencé à entrer dans la cuisine pour surveiller s’il y avait du beugueudj…Et puis j’aimais tellement ce que mangeais qu’il me fallait absolument pouvoir préparer ça moi même. Et j’ai commencé à aller à l’ecole. On m’interdisait d’aller à la cuisine. En cachette, le cuisinier m’a appris à preparer sauce, un de mes grands freres m’a appris à casser les oeufs…Et je lisais la cuisine de A à Z er je me disais qu’il fallait absolument que je fasse ses plats….Etudiante en France sama soupou kandja etait tres couru. Avec ta cousine dès qu’on avait un peu d’argent rek, ndeureukh party (nos mechouis de tabaski à trois heures du mat)……Jai plein de livres de cuisine, le journal des femmes, google c’est là où je trouve mes recettes dont raffole les gens de ma famille avide de decouvertes culinaires. Mes petits freres sont les best aide cuistots, meilleurs gouteurs et gros bouffeurs. Ça fait trois ans g plus fait la cuisine. Pas le temps mais c’est une grande passion car pour moi comme la pub president “Bien manger est le debut du bonheur.” J’ajouterai surtout quand tu prepares toi mm. Quelqu’un qui ne sait pas cuisiner me fais rire peu importe le genre

    Reply

  12. L'étrangère

    November 15, 2016 at 4:18 pm

    Magnifique article NK comme dhab .. Mane waxouma lolou.. Dama né est-ce normal chaque jour que Dieu fait niouy lekk tiep sénégal??? Tiep matin tiep midi tiep soir??? Xamna néi bok neu ci évolution taux de mortalité (diabète, hypertension) bi dal…

    Reply

  13. NG

    November 15, 2016 at 4:31 pm

    Ton sujet me parle vraiment. J’ai appris réellement à cuisiner en France lors de mes études. La cuisine, j’y allais plus jeune juste pour tester des recettes qui m’intéressait (style lasagne, crèpe, beignets, …). Notre père ne souhaitait pas que ces filles chéries se brûlent ou se blaissent en faisant la cuisine.

    La seule chose qu’il nous demandait c’était de bosser et de lui rapporter de bonne notes. Il nous disait souvent que la cuisine ça viendra après. Notre mère rouspétait beaucoup d’ailleurs quand il le disait et les autres membres de la famille mom n’en parlons même pas, c’était à longueur de jours : sa doom you jigguen yi dé fouyeul ngeu léne fougnouy amé djeukeur ?

    Etant plus jeune, je me disais qu’on ne s’en sortirait pas effectivement. A force de les entendre key, tu finis par les croire. C’est maintenant que je comprends mieux la fameuse phrase de mon père : ” la cuisine ça viendra après “. A un moment de votre vie, vous finirez bien par faire un choix : apprendre ou non à cuisiner en fonction de ces besoins. Ca ne devrait en aucun cas être une obligation.

    Et pour les commérages de la famille, on leur a fermé leur caplet en faisant partie des premières à se marier. Je ne suis pas une excellente cuisinière. Mon mari apprécie ce que je fais et me soutiens. Je ne passe pas des heures à essayer de faire des plats hyper méga compliqués. Je n’ai pas le temps pour ça d’ailleurs. Nous nous assistons mutuellement dans la cuisine et ça nous permet d’ailleurs de bien rigoler ensemble lorsque nous préparons les plats.

    Les hommes doivent aussi changer leurs mentalités de “femme esclave”. On ne peut pas exiger d’une femme un service irréprochable sans lever son petit doigt pour l’aider.

    Reply

  14. Khadi

    November 15, 2016 at 5:14 pm

    Quand j’étais plus jeune, vers 10 ans ma tante qui vivait chez nous m’a sorti que je ne sais rien faire, et que je n’aurais pas de mari si je ne savais pas cuisiner…LOL. Du coup j’étais tellement scandalisée qu’on ne me réduise qu’à ça, que j’ai fait un rejet, j’avais décidé que je napprendrais pas, du coup les rares fois où ma mère ou une tante avait décidé que je devais “dougou wagne” je le faisais avec tellement de mauvaise volonté que je ne retenais rien au final. C’est arrivée à la fac que j’ai réalisé qu’en fait savoir cuisiner c’est bien utile, j’ai appris que le tas, j’avais une amie cordon bleu, et qui ne me jugeait pas du tout qui m’a appris ce que je sais aujourd’hui, et le pire c’est que j’ai réalisé que j’aime vous en fait. Je n’ai pas encore d’enfants, mais si j’ai des filles et des garçons, ils seront tous logés à la même enseigne. Bref cette phrase que m’a sorti ma tante, m’avait vraiment refroidi, et honnêtement je préférais aller jouer que faire un thiep pendant une demi journée.

    Reply

  15. MTN

    November 15, 2016 at 5:17 pm

    Mon frère disait que c’est pas un critère chez lui, une femme ne sachant pas cuisiner, quand il s’est marié avec un cordon bleu, une experte de la bonne bouffe, il a remis en cause sa théorie initiale…!! 🙂

    Reply

  16. Ibiba

    November 15, 2016 at 7:24 pm

    Mane je me rappelle quand je suis arrivée en France Ma tante s’attendait à que je sache tout les plats et en plus meune lett. Puisque Ma mere avait une réputation de meune togou rakhass etc. Mais comme elle est maniac elle ne m’a rien appris et chez moi il y avait à chaque des cousines comme bonnes qui cuisinaient. Quand je me suis mariée je pense que ma tante etait inquiète sur ce point mais bon, YouTube etait la pour m’apprendre et la 1ère fois qu’elle est venue me voir avec mon époux, je voulais la rassuré j’ai fait entrée plat dessert. Elle était fâchée pask elle pensait que je me cachait pour ne pas lui faire à manger. Je m’en foutais de l’instant que je n’étais plus chez elle ….
    Sa aurait été bien quand même que j’apprenne avant de partir à l’étranger mais bon ce n’est pas une obligation hein! Mais je vais quand même apprendre à ma/mon fille/fils avant leur mariage

    Reply

  17. Alakham

    November 15, 2016 at 8:24 pm

    #ladiestogmatter comme on dit au Cameroun “hommes c’est le ventre et le bas ventre” maîtriser un des deux et seulement pour le garder

    Reply

  18. MISS O

    November 15, 2016 at 8:56 pm

    J’adore cuisiner et j’ai l’habitude de dire que la cuisine c juste la pratique. Quand j’étais ado j’allais en internat et le week-end jaidais un peu mais une fois que je me suis retrouvée seule j’ai appris beaucoup par moi-même. Ceci dit mob mari préfère que je passe du temps avec lui le week-end que dans la cuisine. Comme koi ay wakh rek la. Je suis nulle en repassage et c’est mon chéri qui fait les lessives. Nous sommes un couple moderne et solidaire. Ma mère bimoufi nieuwer dafa ma yedd ba sonn akkimo ligueye bi 🙂

    Reply

  19. Badara Pene

    November 15, 2016 at 11:03 pm

    Eyow ndeysannnn. Kone yen nieupp dal da ngene teule side bobou… Massa way! Vos maris ont toute ma compassion. J’imagine l’état dans lequel se trouvent leurs…overdose omelettes ak tiakri lafi guiss…
    Da may togne bala ngene mafi wakh sa may dialoré mames
    Super article comme toujours Nk. Namesss!!!
    Ps: Mettre du jumbo, cube maggi, adja, penda etc dans tout ce que vous cuisinez ne fait pas de vous de bonnes cuisiniere. Ça fait plutot de vous des meurtrieres avec premeditation et vous portez atteinte à l’intégrité physique des bijoux de famille de vos chers et tendres.

    Reply

    • NK

      November 16, 2016 at 11:05 pm

      jumbo bi khana? c’est horrible et les marques se mutliplient

      Reply

      • Badara Pene

        November 17, 2016 at 11:27 am

        J’ai l’impression qu’ils veulent en fabriquer pour chaque patronyme féminin sénégalais…. Tu vas bientot te retrouver avec un assaisonnement à ton nom. Imagine le slogan: “NK, AKA SAF Té NEKH” wala ” AVEC NK, TU VAS BIENTOT HERITER DE TON MARI”
        je me excuse….

        Reply

        • NK

          November 17, 2016 at 2:02 pm

          LOOOOL non ni ngeu meu def? ey waye

          Reply

          • Badara Pene

            November 17, 2016 at 3:25 pm

            Eyway balma, c’est plus fort que moi. Rouss na sakh…
            Yow la Nk nak….bala touddé kéneu touddé la. Do si silip, tiaya nga si nak!!!

            Reply

  20. Penny

    November 15, 2016 at 11:56 pm

    Je pense que j’ai eu une histoire avec la cuisine assez différente. Ma mère etait du genre à ne laisser personne faire la cuisine à sa place, je dis bien personne. Elle était la meilleure, personne ne pouvait faire comme elle. J’avais le droit de l’aider par exemple, deub bii, kholi soblé feulei, rakhass fi. Je pense que c’st plutot ma gourmandise qui m’a aidée à apprendre. Pour la mettre devant les faits, je lui demandais la veille qu’est-ce qu’elle voulait cuisiner et je preparais la recette dans ma tête. Le lendemain, je me reveillais 2h avant elle, ce qui me laissait le temps de faire un bunch de choses, et j’avançais pas mal. Après plusieurs situations pareilles, elle m’a juste fait confiance et me laissait cuisiner quand je voulais, avec certains réajustements. En quelques sortes, je me remercie d’avoir appris by my own. Comme dans la plupart des cas, c’st étant à l’étranger Loin de la maison qu’on est confronté à nos premiers struggles forcées dans la cuisine. Ndax kou khiff di ngeu diem togue lekk.

    Reply

  21. abass

    November 16, 2016 at 3:06 pm

    onzou bilahi mina “nk ” radjimm
    li ngua niou beugue khagne beurina
    – petit dej au lit
    – nidjay lo beugue agné téy
    – tégal rof
    – tégal ndawal
    – etc..

    bilay “nk ” li nguaniou ignané la khamoul loumou done
    sa bokhoul mala

    Reply

    • NK

      November 16, 2016 at 11:10 pm

      LOOOOl ey waye, mais est ce que lire nga post bi bamou diekh, cuisiner c’est top, je dis juste qu’il faut pas que les femmes se sentent moins femmes parce qu’elles ne savent pas (encore ou pas) cuisiner, lolou deh la wakh

      Reply

      • abass

        November 17, 2016 at 7:30 am

        looolllll choix bi ak possibilité yi moy indi remise en cause bouniou yakhal

        Reply

    • Macky Sall

      February 24, 2017 at 12:35 am

      Merci Abass, Je Paye la maison, électricité, chauffage, nourriture, voiture de mon épouse, dieunde fleurs, nékhal, yobou vacances, douma saga, douma youkhou, Madame sou meunoul wone togue dina am loupa méti torope. Cependant article bi intéressant neu

      Reply

  22. Tyma

    November 17, 2016 at 11:24 am

    Hhaha! et dire que ça fait un bout de temps que j’hésite à aller voir ma oumpagne( femme à mon oncle) pour un stage intensif en cuisine! je vais me décider. Ne pas savoir cuisiner pour une fille est vraiment un supplice ici. Même pour se marier on hésite. Parce que comme tu dis : disons le et mourrons; les hommes senegalais yakamti naniou vendredi wala samedi gadou sen kharite yeup pour un dejeuner chez eux! lolou molen di doundeul. Et ils se plaisent à le dire: sama diabar dafa meune togou! pauvre de nous!

    Reply

  23. dija

    November 17, 2016 at 3:46 pm

    je me retrouve vraiment dans ton texte… on te critique toujours parce que t femme mais tu prend pas la peine de faire la cuisine,.. comme oi j’ai toujours eu quelqu’un à la maison pour faire la cuisine, donc me réveiller tôt pour apprendre j’ai essayé mais bout jamais au bout( ma mère pour me punir d’être sorti la veille me réveillait à 08h pour aider dans la cuisine) donc j’ai jamais apprécier cuisiner avant de me marier..
    et maintenant cuisiner c’est tellement facile quand c’est pour ton homme… je prépare tous les soirs le dinner. le déjeuner vu qu’on bosse tous les deux on ne prépare le tiep que les samedis (cuisinés par diank bi).. Malgrès tout je suis le cordon bleu préféré de mon mari grâce à mes recettes (c’est que mon mari n’est pas très thiep aussi donc c’est un avantage).
    la cuisine quand on a pas le choix on le fait

    Reply

  24. Bijou

    November 19, 2016 at 12:32 am

    Ahaha bilay fo tarder deug molafa tardeel. Nous senegalais ak suniuy croyances duniu dem. Une temme a qui on a jamais appris comment cuisiner wala une autre qui n’a jamais senti le besoin d’apprendre a cuisiner parce qu’il y a a chaque fois quelqu’un pour le faire a sa place noumouy meuner togg. Seulement nak le jour ou un voyage loin de ta famille wala nak nga seuyiji keur Goro(et tt le monde sais que more than 90% in laws Senegal mandouwouniou) tay nga dei ndeysane tei do dara tchi hewmi cest pas de ta faute. Peut etre que ta mere ne voulais pas que tu ailles through the dagg lakk ak ndiakk du wagne.
    Togg dal its not a must mais lou diara diang la srtt nak soula yalla natoo dieukeurou Senegalais smh but gni meunoul togg ossi ce n’est pas la fin monde, il n’est jamais trop tard pour apprendre puis c’est tellement facile de nos jours on Facebook,Google,TV,Youtube…
    Moi j’ai appris a cuisiner au Senegal before I got to the US. I remember the day my mom told me “kay wass dieune yi” dama reii Ba meunatouma je me rappelle j’ai ameuté toute la maison nilen ‘sama yaye nena ma niew wass” et je devais avoir between 15 and 16. But I loved to cook surtout souma warane togg damakoy dieul au serieux tela yewou dem marché Tilene ndoug nieuw yebi daldi tale, quand je partais au marché le même jour je me sentais plus femme quoi (I know I sound silly) souma parei tal sama ataya di diay diegg parfois même je prenais mes propre sous.
    Bref jour bimanei tieup bitim reew nak tout a changé cuz I don’t have time to cook!! Naniou ko wah tei dei. Bolei job ak diang tmp bou ndaw bo am nelaw ngey beug so fast food rek ndeysan samay kopaar di dieh ou parfois mes colocs cuisinaient. Je cuisinais aussi mais vraiment rarement surtout when I just got here. And then one day I started living along so ma commencer togal sama boop cuz ça m’occupais puis I was saving money. Right now I live with a friend who is like my sister elle est mariée et biensur(biensur senegalais) elle cuisine tres souvent et mon boulot me prends trop de temps awma day off presque so gueuj na togg dpuis ay 3 mois presque. Woooy ma berii wahh Balenma pr la longueur. Sunu bloggeuse bi mille mercii on s’identifie a chacun de tes textes ❤

    Reply

  25. Tijane

    November 19, 2016 at 2:05 am

    Bon! Articles pertinent. Mais je ne sais pas pourquoi cela pose problème aux gens le sujet de la femme qui sait cuisiner ou pas?

    Le sujet est basé sur le rôle et les responsabilités de chacun d’entre-nous femmes ou hommes. Et il est clair pour qui veut le comprendre, que nos rôles respectifs, sont même souvent liés à nos instincts naturels déjà introduit en nous.

    Alors certaines choses, complètent, équilibrent et façonnent chacun d’entre-nous respectivement femmes ou hommes. La question est, qui veut s’identifier à son rôle? Ou même à ses prédispositions?

    That’s is the question tag lol
    ” le truc qui nous a fatigué à l’école.

    Bien à vous brave gens

    Reply

  26. Nokoss

    November 23, 2016 at 3:56 pm

    Alors la tu vas te régaler :La cuisine et moi ça faisait deux je pouvais aider niamal et tout ca mais pour cuisiner je sais pas ça ne m’avait jamais attiré . Quand j’avais 16 ans ma mère a décidé qu il était nécessaire que je fasse un stage de cuisine chez une gueWeeul en y vivant s’il vous plaît et sans surprise j’y suis restée qu’une semaine avec quelques maîtrises . Après mon bac ayant fait cramer du moukhassa ( a vraie dire j étais juste pas concentrée ) j’en ai pris pleins la gueule et j’ai décidé de plus y prêter attention . Ma venue en France a complètement changé mon rapport à la cuisine ,je suis devenue une passionnée déjà que je l’étais déjà par le manger mais j’adorais faire de la cuisine et surtout en faire pour les autres . Et voilà personne me forçait et j’étais pas obligée de cuisiner parce qu’on le faisait pour moi donc c’est vraiment La curiosité et la solitude qui m’y ont poussé .
    J’ai vraiment adoré l’article parce que je m’y suis retrouvée bonne continuation

    Reply

  27. Mamista

    December 14, 2016 at 12:11 am

    Article intéressant!
    Moi en tant que bonne gourmande qui se respecte il était impensable que je ne puisse pas savoir cuisiné. Mais avant tout le tralahlah de djieguen daffa wara meneu togue moi j’attire l’attention sur le fait que je le fais pour moi même d’abord car j’adore le mélange des saveurs et aussi cela me procure un réel plaisir que les gens goûtent à mes plats et que leurs yeux brillent. Après on vit dans un monde libre ou tout un chacun a le droit de faire des choix en fonction de sa propre personne donc je pense que savoir cuisiné ou non reste un choix personnel.
    PS: Awma Ben thiawarté ci sétti kou menoul togue ndakh mane dama beug lek gou bakh té nekh préparé avec amour.

    Reply

  28. moise

    February 9, 2017 at 2:21 pm

    mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, yagni mer dé je comprend tamit on n a pas le droit de limité uniquement à une usine de nourriture uniquement ce n est pas ce qui fait de toi une femme mais il est vrai que pour moi boul ma door nak lolll il n y a rien de plus sexy que de voir ma femme me faire un succulent plat préparer avec amour et je le vois comme une preuve journaliere de l amour qu’ elle me porte c est indéniable ( je precise que dans mon education amoul goor amoul djiguene gneup aye dougue wagne donc je sais cuisinais merci maman et papa si coté bobou) mais vraiment voit madame faire du diagardiagari dans la cuisine cela n a pas de prix dey dooundeul khole honnetement mais je te l accorde je refuse qu’ on limite la personnnalité de ma femme a ses talents culinaires mais seu meu birr bi kou key beuglo mounegna tak boumeu dima dirri ma nangou …………… ma tey gnak djom

    Reply

  29. KHADY

    June 6, 2017 at 2:34 pm

    mdr. Pas marié mais en charge de la bouffe et le touti quanti à la maison…. le menu mome meme la nuit en dormant ça prend la tete, tu as l’impression que tu es dans une boule tournante. Et comme tu dis, non seulement ya ngi ci wagne bi, mais ya ngi ci liguey bi, ya ngi ménage…et ça depuis que t’es gosse quoi. Bon heureusement que dans mon cas garçon et fille tout le monde met la main à la papate.

    Quant à meune tog nak, c’est pas une finalité. Wax deug c’est juste de la chimie. So, aprés mariage ou a 10ans ou jamais… le destin de la femme n’est pas derrière un fourneau au service des autres. Tog niar loxo lay lathie, condiments ak feu…

    Wa salaam

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

Quand Meuwti n’est pas respecté sur les réseaux sociaux entre autres…

En tant qu’êtres humains supposés être décents, nous devons ...

error: Content is protected but I love you though!!