Guest Posts/ Contributions

Ping ! La bouffée d’air frais sur Dakar

La planète terre court t-elle à sa perte ? L’interrogation pourrait être seulement rhétorique. Mais la question est tellement sérieuse que l’homme tente par tous les moyens d’apporter une réponse heureuse, pour éviter le pire. Le réchauffement climatique n’est plus une chimère, c’est une réalité qui est venue pointer le bout, et pas qu’un peu, de son nez dans toutes les villes du monde. L’avenir de la planète est menacé. L’humanité doit alors réagir, surtout à vrai dire agir.

A Dakar, au-delà du réchauffement climatique, la pollution de l’air agresse quotidiennement les narines des citadins. Les acteurs du développement durable sont alors mis au défi pour apporter des solutions pérennes et durables. C’est le cas du Marbro Group qui a lancé le projet Ping, des taxis particuliers électriques pour à la fois apporter un confort au client, améliorer la mobilité urbaine dans la capitale sénégalaise et réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre.

La Situation

« La terre tourne autour du soleil », voilà l’une des phrases fétiches que l’on retenait facilement en cours de géographie à l’école primaire. A-t-elle alors tourné trop proche jusqu’ à se brûler les ailes? Le sarcasme n’est pourtant pas trop poussé. Aujourd’hui, le réchauffement climatique est une vraie menace pour la planète. Les pouvoirs publics en ont désormais pris conscience, et l’organisation des COP 21 et 22, tenues respectivement à Paris et Marrakech en fin 2015 et 2016, l’ont démontré. D’ailleurs, au sortir du sommet sur le climat tenu dans la ville marocaine en novembre dernier, les pays ont fait preuve d’unité face à l’urgence de mettre en œuvre l’accord de Paris sur le climat. Adopté en décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre, ce texte vise à limiter “bien en dessous” de 2°C le réchauffement climatique. En parallèle, les gouvernements ont fixé l’échéance de 2018 pour finir le règlement d’opérationnalisation de l’Accord de Paris de manière à assurer confiance, coopération et succès au cours des années et des décennies à venir. Mais les pouvoirs publics, seuls, ne vont pas sauver la planète. Chaque être humain a un rôle à jouer, aussi mineur

soit-il. Et l’entreprise The Marbro Group entend faire ce geste qui peut contribuer à améliorer la vie sur notre chère planète. A travers son PDG, Adam Martel Brown, qui a conçu un projet novateur qui consiste à lancer des taxis électriques à Dakar pour réduire la Pollution, améliorer la mobilité urbaine et rendre au client, donc à l’humain, le confort qui lui revient de droit.

C’est devenu une évidence presque implacable, la capitale sénégalaise fait face à un danger sérieux qui menace la santé des dakarois : la pollution atmosphérique. Une pollution marquée par une mauvaise qualité de l’air, aggravée par une mobilité urbaine où les véhicules pollueurs ont droit de cité. Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de microgrammes dans l’air à Dakar est de 141 m3. Ce qui représente un niveau 7 fois supérieur à la limite fixée par l’OMS. Certaines zones de la région dakaroise sont confrontées à des niveaux de pollution au-delà des limites définies par la norme NS-05-062.  Les polluants concernés sont particulièrement les particules (PM10 et PM2, 5).

L’OMS souligne dans son rapport que « la pollution atmosphérique est une cause de morbidité et de mortalité ». Qu’elle augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de cardiopathie, de cancer des poumons, d’asthme. Des maladies très connues dans les structures sanitaires à Dakar.

Une situation alarmante qui nécessite une réaction de la part de tout acteur de développement. L’entreprise The Marbro Group a décidé de faire bouger les choses, pour bousculer cette évidence implacable. En mettant en place le projet Ping, une innovation qui va d’un coup, améliorer la mobilité urbaine à Dakar (en évitant les embouteillages), et réduire au maximum la pollution, avec les taxis électriques symboles forts de ce projet Ping.

 

C’est quoi Ping ?

Ping, c’est l’évolution naturelle des transports publics personnels (TPP). Grâce à l’utilisation de la technologie, Ping rendra les TPP plus sûrs, plus confortables et non négociables (pas de marchandages, donc gain de temps précieux pour le client), rendant ainsi l’expérience globale plus agréable et surtout plus propre pour l’environnement.

La flotte de Ping sera composée de 100% de véhicules électriques (VE). The Marbro Group, la société mère de Ping, a identifié plusieurs modèles avec des spécifications qui répondent ou dépassent les attentes pour le projet. Chaque véhicule sera équipé d’un éventail de commodités, qui ne sera pas seulement limité à la connexion Wi-Fi.

La ville de Dakar étant d’environ 82,38 km², les opérations couvriront 70,6 km² de cette zone, soit 85,7% de la ville. Après une analyse minutieuse, la ville métropolitaine de Dakar a été divisée en quatre (4) quadrants d’opération comme l’indique la carte ci-dessous :

Cette division permet d’opèrer avec des prix, en moyenne, plus bas que la concurrence et de servir la clientèle dans des conditons optimales.

Adam M. Brown est cofondateur de l’entreprise et agit à titre de Président et Directeur General. Son expertise se situe dans la gestion financière, ayant servi dans l’armée américaine comme l’un des quatre spécialistes financiers, avant de passer au gouvernement des États-Unis pour exercer le rôle d’analyste de la comptabilité pour le Ministère de la Justice des États-Unis. Le service-client est de la plus haute importance selon lui ; il en a fait l’expérience durant sa carrière notamment en tant que linguiste Français/Wolof /Anglais auprès d’Avaza Language Services. M. Brown détient un B.A. (Master 1) en gestion d’affaires.

Comment, avec Ping, la pollution sera réduite à Dakar ?

Avec Ping, l’objectif est de réduire la pollution au risque zéro. Pour y parvenir, les entrepreneurs de The Marbro Group ont décidé d’utiliser des voitures électriques, qui consomment donc de l’énergie renouvelable, et qui vont ainsi apporter une bouffée d’oxygène aux citadins de la ville de Dakar. Chaque jour, dans la capitale sénégalaise, on observe avec effroi, et presque impuissance, le bal des véhicules laissant gicler une fumée noire qui enveloppe le long des bitumes dakarois. Avec Ping, le spectacle ne sera pas une agression nasale, au contraire, ces taxis mettront en avant la santé des citadins, avec des voitures qui n’ont pas de peau d’échappement, qui ne laissent pas donc sortir toute forme de fumée qui menace les populations de la ville.

Prenons le scenario suivant ; un citadin souhaite traverser une distance de 7 km, allant de chez lui jusqu’en ville. Actuellement, il a trois solutions et la moins polluante de ces solutions émettra un minimum de 1.4 kg de CO2 dans l’atmosphère, 2.8 kg si on compte l’aller-retour, soit 200 g/km. Dans une ville avec plus d’un million d’habitants, le chiffre grimpe pour atteindre les milliers. Dans la ville de Dakar seule, il y a 25,000 taxi, le problème devient alors plus évident.

A gauche : Pollution de l’air en 2030. A Droite : 2005

Les études de la NASA démontrent que l ‘Afrique (avec l’Australie) est le continent le plus ensoleillé de la planète, cependant, le continent ne s’en sert pas. Non seulement Ping servira de transport, mais aussi d’éducateur, pour réveiller les consciences. Le but est de montrer aux populations qu’elles peuvent se servir de ces nouvelles technologies afin d’être confortables, pour agir en citoyens responsables d’une planète plus fragile qu’on ne l’imagine.

Comment Ping met en avant le confort et le bien être du client, et donc l’humain ?

A Dakar, se déplacer dans les artères de la ville en voiture relève parfois du parcours du combattant. Les transports publics sont généralement bondés et ne se pressent jamais pour arriver à destination, alors que prendre le taxi demande souvent des talents de gestionnaire, entre le marchandage et la durée du transport qui sont rarement des moments de gaîté. Ping innove et propose une alternative. D’abord, point de marchandage. Le Client connait sa destination et le prix du transport d’avance, il gagne du temps. Une fois dans le véhicule, le but est de lui faire profiter de son voyage, qu’il soit bref ou lointain. Il pourra ainsi bénéficier d’une connexion Wifi par exemple, ou de l’eau pour se désaltérer. Et bien d’autres commodités encore

Comment Ping compte améliorer la mobilité urbaine à Dakar ?

Les bouchons dans les routes dakaroises sont devenus un spectacle presque banal. Et tout le monde s’y accommode. Se déplacer convenablement dans la ville est presque un doux rêve. Que Ping compte plus que caresser. L’entreprise The Marbro Group envisage ainsi de procéder à un stationnement stratégique de ses taxis. Pour assurer une meilleure fluidité dans la mobilité urbaine en équipant les voitures de GPS, avec un système de contrôle à distance qui sera en communication avec le chauffeur pour lui indiquer les voies à emprunter pour arriver le plus rapidement possible à destination.

L’impact de Ping !

Dakar est la ville pilote du projet Ping, mais elle n’est pas la seule. Au bout d’un an, The Marbro Group vise l’installation du projet dans au moins deux villes de plus : Conakry et Yaoundé. Au bout de cinq ans, ils envisagent une présence dans six pays Africains ; Sénégal, Guinée, Côe d’Ivoire, Cameroun, Ghana et Nigeria.

La mission de Ping ! reste la sensibilisation vers l’environnement. L’espoir, c’est d’encourager la population d’acheter des voitures électriques. Mais pour que cela puisse être envisageable, il faut aussi un renouvellement des infrastructures pour être en phase avec les véhicules électriques. The Marbro Group compte installer au minimum cinq stations de chargement rapide dans toutes ses villes d’opération. 25% de ces stations seront solaires. Elles seront toutes accessibles au public.

La Responsabilité Sociale

Avec Ping ! The Marbro Group cherche à mettre en avant l’importance des énergies alternatives. Il y a deux pays Africains dans le top 10 des pays avec des décès causés par la pollution. La voiture de taxi la plus répandue est la Toyota Camry de 1996. Toute Neuve, son niveau d’émission de CO2 est de 202.3 g/km. Avec 20 ans d’âge en moyenne et un régime de maintien non efficient, elle dépasse les 300 g/km. La moyenne au niveau mondial est de 122.1 g/km. Au bout d’un an, le taxi moyen de Dakar rejette 6.37 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit 17kg par jour ! Et avec une moyenne de 25,000 taxi à Dakar seul, c’est 159,000 tonnes par année ! Avec Ping ! les émissions seront toujours de zéro. Une manière d’être proactif face à une situation qui empire de jour en jour. Le monde découvre maintenant le transport électrique, et comme on le voit en Europe et aux États-Unis, les ventes de VE ont grimpé en flèche au cours des dernières années. Il est temps pour l’Afrique de rattraper la technologie et d’améliorer la situation actuelle de la pollution.

Dans un monde idéal, où 1000 clients se servent de nos services Ping ! par mois dans chacune de nos villes d’opération, sur un trajet moyen de 5 km, Ping ! épargne 72,000 tonnes de l’atmosphère. C’est l’équivalent du poids de plus de 1000 navettes spatiales !

Ainsi, pour Adam Brown, Président de The Marbro Group, la compagnie mère de Ping, la réussite de Ping ne se mesure pas en dollar ou CFA mais par son effet sur l’environnement « Dans le monde d’aujourd’hui, il faut qu’il y ait une mission sociale dans la construction d’une entreprise… Je voulais faire quelque chose qui puisse même bénéficier à quelqu’un qui pourrait avoir la même idée, même si ce n’est pas sur le plan monétaire, d’ailleurs, toute la planète profitera de la duplication du projet Ping ! »

Mr. Brown reste réaliste sur le succès de Ping et nous rappelle que la réussite n’est pas toujours mesurée par les coffres bancaires. Sur les futurs projets de The Marbro Group, il répond :

« On dit que la réussite, c’est le point où se rencontrent l’opportunité et la préparation… Et The Marbro Group répondra présent. »

Reportage signé :

Abdou Aziz Kane

HLM Patte D’oie, Dakar, Sénégal

Kaneaziz3@yahoo.fr

Sur :

Adam M. Brown

The Marbro Group, Ping !

Dakar, Senegal

www.marbrogroup.org

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

7 Comments


  1. XXX

    March 31, 2017 at 2:39 pm

    C’est de la publicité? c’est une thése?
    Difficile à lire! How about learning the basics of communication to catch people’s attention?

    Reply

    • AB

      April 3, 2017 at 2:50 pm

      It’s kind of an important issue and a solution explained in a REPORT and shared by Nk I guess, so how about being part of the improvement of our country by taking a few minutes to read and share this important information. Of course, critics are always welcomed and useful, but there’s a way of doing it, we don’t have to be rude.

      From a reader whose attention was actually caught. Peace.

      Reply

      • Adam Brown

        April 4, 2017 at 1:28 am

        Thanks AB, glad you get the point

        Reply

      • XXX

        April 5, 2017 at 5:18 pm

        You are right. there was no need to be rude! My apologies if i hurt anyone’s feelings 🙂

        Approchez vous de personnes qui vous aideront à moduler votre discours en fonction du public. Bon courage pour la suite.

        But I still did not read it.

        Reply

  2. Ano

    April 6, 2017 at 1:45 pm

    Mais ak problème coupure courant yi nga khamni dafa bari Sénégal sen projet bi dou easy dé ! Ils auront certainement des bornes de recharge en pleine rue (comme en Europe) pour les véhicules. Mais comme Sénégal dafa beuri anarchie on en verra qui vont aller sathie courant… Néanmoins ça reste une belle initiative (dommage que l’idée n’émane pas d’un sénégalais, encore une boîte étrangère qui viendra s’enrichir sur notre dos)

    Reply

    • 3id

      April 6, 2017 at 5:09 pm

      Ano, le gars est un sénégalais, c’est un projet 100% sénégalais.

      Reply

      • Ano

        April 7, 2017 at 1:58 pm

        Je n’ai jamais vu de sénégalais qui s’appelaient Brown, ça me paraissait plus américain. C’est bon à savoir. Merci pour l’info

        Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

Huit faits qui m’énervent sur les novelas

Contribution anonyme Je vois déjà les habitants du ...