Guest Posts/ Contributions

Des cheveux longs pour nous? oui c’est possible.

Auteure: anonyme


Il y a quelques semaines, j’ai eu un énorme regret pendant mon shampoing hebdomadaire : le regret de ne pas avoir partager plus sur mon ressenti lorsque j’ai pris la décision de me couper les cheveux et passer au naturel.

Une question de pudeur ou un refus de m’expliquer sur une décision qu’absolument tout le monde a questionné peut être? qui sait…

Lectrice fidèle de « World Of NK », j’ai aujourd’hui pensé venir discuter avec la superbe communauté qu’elle a créée en parlant de cheveux (gentlemen, don’t run away) : un sujet qui paraît banal mais qui est lourd et sérieux.

Le paraître joue un rôle énorme dans notre société and let’s be honest, hair plays a HUGE role in the way we, women, look at ourselves ! C’est absolument impensable de s’apprêter sans porter une attention particulière à notre coiffure. Cela explique bien que cette industrie brasse des milliards et en regardant particulièrement le Sénégal, on comprend comment. Perruques, tissages, mèches, défrisages : il y en a pour tous les goûts.

En grandissant, j’étais l’exemple vivant de « Sou gneup démé gauche mom il faut que mou dem droite ». J’ai toujours eu ce besoin de casser les stéréotypes.

Si « les filles jouent avec Barbie » et ben je jouerais à Mortal Combat. Si « les filles portent des jupes et croisent les jambes » et ben je serais en pantalon (et même des marakiss à la Tabaski) et j’irais courir avec les garçons. Le premier sac à main, les premiers talons et le maquillage sont donc arrivés bien après mon entrée à l’université, au grand désarroi de ma maman.

Le tissage, qui semble si banale, et donc lui aussi arrivé très tardivement. Pourtant cette fois ci, il n’était pas question d’aller à contre courant. J’avais juste cette obsession où je me disais « si je mets un tissage, il faudra qu’il soit parfaitement naturel » : que la raie soit naturelle, que les bords ne ressemblent pas à un casque (We’ve all seen those, no shade lol) et bien entendu que je puisse me faire une HAUTE queue de cheval et que l’on ne voit pas les coutures à l’arrière.

Clairement, mission impossible !

Ma routine était donc: défrisage tous les mois ou plutôt #suicidecapillaire, rajouts et mèches.

Ce, jusqu’à ce que je m’envole pour des horizons lointains après mon bac et là : catastrophe. 50 euros le défrisage, et les prix des tresses n’en parlons pas, pour une qualité … pfff rien à voir avec nos superbes tresseuses. Bref avec mon budget étudiant, that was a HELL TO THE NO ! J’ai donc été obligée d’apprendre à m’occuper de mes cheveux moi même: je me défrisais les cheveux religieusement et passais mon fer à lisser tous les matins. Nul besoin de vous dire que c’était une horreur.

Je rêvais de cheveux longs et soyeux, mais la réalité était autre. Je ne pensais pas non plus vraiment avoir de choix car il m’a toujours semblé qu’avoir de beaux cheveux était tout simplement une question de chance et de génétique : soit tu les avais, soit tu ne les avais pas !

Et pourtant lors de mon premier séjour aux Etats Unis j’ai vu une tonne de nanas noires comme moi avec des chevelures incroyables et là je me suis dis « pourquoi pas moi » ?

Obsessive que je suis, j’ai donc passé le plus clair de mon temps à faire des recherches. Merci internet, merci Youtube ! J’avais l’impression de découvrir un monde parallèle. Ce monde où il y avait tellement à apprendre sur la façon d’entretenir ces cheveux au quotidien.

J’étais hyper excitée, j’avais hâte de commencer à voir des résultats en appliquant les différents conseils trouvés. Et pourtant, lorsque je partageais cela dans mon entourage en montrant les photos des femmes qui m’inspiraient, on m’assommaient avec un « Oui mais elle est américaine, elle !  C’est impossible d’avoir ca ! »

Vous vous rappelez de la petite, un peu plus haut, qui avait un besoin constant d’aller à contre courant ? Il ne lui en fallait pas plus. Entre ça et « les noires n’ont pas de cheveux », it was game on !

Les 4 années qui ont suivi cet épisode de ma vie ont été longues en erreurs et en frustration, mais aussi et surtout en apprentissage et satisfaction. J’ai appris à m’occuper de mes cheveux, à les écouter et leur donner ce dont ils ont besoin pour s’épanouir, être sains et j’ai atteint bien plus que je n’aurais osé rêver.

Et quand j’en suis arrivée là, le discours a légèrement changé : « Mais c’est surement parce que tu es toucouleur ça ».

Non je ne le suis pas ! Pourquoi faudrait il forcément que ce résultat soit du à un facteur extérieur hors de notre portée?

Pourquoi ne serait-ce il pas possible de prendre les choses en mains et  nous aussi en tant que femmes noires avoir une belle chevelure en bonne santé, toutes autant que nous sommes ?

En soi, je n’ai aucun problème avec les tissages etc (sauf les prix peut être), ce qui m’attriste c’est que la majorité d’entre nous ne les utilisons pas pour satisfaire une envie de changer de look et d’expérimenter, un besoin de break pour ne pas avoir à s’occuper de ces propres cheveux pendant un petit moment, mais comme une nécessité. Une fatalité qui ne nous donne pas le choix et sans laquelle nous ne sommes pas “présentables”.

La majorité d’entre nous n’avons pas eu la chance d’être éduquées sur la bonne façon d’entretenir nos cheveux et des besoins qu’ils ont et c’est un effort que nous devons faire nous même afin d’inclure ces bonnes pratiques dans notre hygiène de vie tout comme nous n’irions irait pas au lit sans se brosser les dents.  Nous avons la chance d’avoir accès à énormément d’informations,  entre les bloggeuses et les Youtubeuses il n’y a pas eu meilleure époque pour apprendre.

J’écris ce post aujourd’hui après d’innombrables discussions à ce sujet avec ma sœur et mes cousines pour dire que OUI c’est possible. En étant ni métisse ni toucouleur mais en aillant l’envie et en y mettant les efforts nécessaires. Les débuts ne seront pas faciles et il faudra beaucoup d’efforts, mais cela n’en vaut il pas la peine pour à la fin attendre cette « liberté »? Il y a un mois, j’ai coupé mes cheveux courts pour retourner au naturel car je n’ai plus cette peur de ne pas savoir quoi faire de mes cheveux et ce sentiment est inexplicable. Défrisé ou crépu,  tissage ou pas, au delà de la longueur, nous nous devons de prendre soit des cheveux que nous avons, pour service de base pour les différents choix capillaires que nous faisons.

Continuons à nous éduquer, pour que demain nous puissions éduquer nos filles et peut être un jour arrêter cette espèce de malédiction que l’on essaye de nous persuader que nous sommes victimes en tant que femmes noires.

Share this Story

Related Posts

Facebook Comments

12 Comments


  1. NF

    August 23, 2017 at 12:36 pm

    What’s her @ ?? I need some inspo her hair is beautiful

    Reply

    • Auteure

      August 24, 2017 at 7:15 pm

      Hello NF, thank you for the compliment 🙂
      This is the first time I post about my hair though so my social media don’t really have anything specific to it. Maybe I should start haha

      Reply

  2. Ano

    August 23, 2017 at 1:05 pm

    Hello super post tu peux partager avec nous ta routine capillaire stp !

    Reply

    • Auteure

      August 24, 2017 at 7:15 pm

      C’est posté en commentaire 🙂

      Reply

  3. Strong and beautiful

    August 23, 2017 at 1:33 pm

    J’ai coupé mes cheveux il y a a peu près 6mois pour retourner au naturel. Avec ma grossesse il est impensable pour moi de me defeiser et je pense que je vais en profiter pour voir ce que cela va donner après quelques années… Bi ma ky dague nak j’ai tout entendu: Jigeen dou daguie karawam, karaw defey goudou lisse, wa sa padiass bi nak??Kene khamul li ngey nurol… A un moment sakh j’ai failli craquer bu nekul wone la grossesse. 6mois après, mes cheveux on tellement poussé que je peux me permettre un joli petit fro apprécié de tous! Les filles diape leine ci youtube ak google avec des recherches comme comment connaître son type de cheveux. Il y a des tests hyper facile a faire; et après voir les routines adaptés a votre type de cheveux: pour certains, il faut hydrater et diw très souvent, pour d’autres une fois par semaine ou aux deux semaines suffit largement. Faire des mélanges maison pour les huiles et (attention je ne fais pas de pub mais mome lay use and I absolutely love it!) utiliser shea moisture shampoo . Merci pour ta contribution ano et cette histoire de la rebelle garçon manquée qui a commencé a se maquiller et a mettre des talons a l’université me parle très bien sakh hihihi

    Reply

  4. Amy

    August 23, 2017 at 2:00 pm

    C est vrai qu en temps que sénégalaise. Nous n avons pas forcément cette culture de devoir prendre soin de nos cheveux
    Nous avons que les “nittou karaw ” et les autres lol
    Je suis passé au naturel il y a 3 ans maintenant encouragé par une amie comorienne
    Au debut c etait difficile car vivant au Maroc je ne trouvais pas de produits adaptés et j avais personne pour me guider. Et qu ai je pas entendu de la part des compatriotes et de ma famille
    Les noires peuvent pas avoir de long cheveux , karaw si niit la , des cheveux pas defrises poussent pas et c est pas presentable… bref un tas de commentaires pejoratifs et decourageants… mais bon j ai tenu bon et aujourdhui je suis assez satisfaites du resultat
    Je mets toujours des perruques et je m’en occupe en mm temps

    Reply

  5. teamcinema

    August 23, 2017 at 2:36 pm

    Mais ma chérie il faut partager tes astuces pliz 🙂

    Reply

    • Auteure

      August 24, 2017 at 7:16 pm

      C’est posté en commentaire 🙂

      Reply

  6. Black &N'Happy

    August 23, 2017 at 8:04 pm

    Merci pour cet article.
    je m’y retrouve aussi.

    En fait quand j’étais au Sénégal j’enchaînais les tresses quand je laissais mes cheveux au naturel sans défrisage ça ne ressemblait pas à grand chose.
    Une fois en France ma première année j’habitais en colocation avec une marocaine qui n’a jamais compris pourquoi nous les femmes noires nous ne laissons pas nos cheveux au naturel sans mèches et tissages.
    Les 2 premières années ( j etais en prepa du coup moi pour qui mon apparence a tjrs compté bah je passais vraiment moins de temps sur ca vu que ca faisait too much par rapport à mes camarades de classe), j avais une cousine qui me trèssait régulièrement habitant Paris.J’étais obligée d’enlever mes tresses pdt les vacances scolaires à Paris pour qu elle me recoiffe vu que j étudiais en province!
    Par la suite j’ai déménagé dans une autre ville (quand j’ai intégré une ecole) bcp plus éloignée de Paris et mes cheveux se cassaient grave et j ai big chopé en 2013 pour la première fois et je me suis mise sur les blogs youtube page fcbk etc et. j ‘aiappris à m’occuper de mes cheveux (utiliser un vaporisateur pour l hydratation,connaître les huiles,les masques hydratants,les masques nourrissants, le mélange (cannelle ail et gingembre à laisser macérer etc). Et vite c’est devenu une passion de m’occuper de mes cheveux etc.
    Ils me le rendaient bien en plus je n’ai jamais eu autant de longueur en si peu de temps.
    J’ai encore coupé mes cheveux en 2016 là vraiment à la garçon car à un moment donné j’avais une chute de cheveux sur le devant( du au stress )pour égaler les longueurs du coup j’ai rasé à la tondeuse.
    Ça faisait un style que j’aimais bien et la après une année ça a poussé j ai recommencé les tresses au mois de juin dernier.
    Eh oui femmes noires il faut que l’on s’assume comme Dieu nous a créé. Être black et se sentir obligée de mettre tout le temps un tissage ou des perruques ou des mèches pour se trouver présentable c’est vraiment très triste.

    Reply

  7. Bonbon Menthe

    August 24, 2017 at 9:06 am

    Il faut vraiment faire un barrage aux cheveux indiens et autres … Personne ne se rend compte du gros fossé economique que cela creuse chez nous . C’est un sujet qui me passionne dama sei wah ba soneu mais wellah niuni yakk khaliss bou beuri sur des choses qui ne font que rabaisser notre estime de nous . Nos cheveux poussent et sont beaux , Nhappy depuis 4 ans , ils m’arrivent au milieu du dos si je les etire au fil et prtant je porte presk que des foulards , chapeaux et autres donc a la base c vraiment pour etre fiere d’avoir mes cheveux a moi sur mon crane , je prefere meme le synthetique ! Et oui c pas facile detre nhappy mais le resultat en vaut la peine !! Merci Guest superbe teimoignage

    Reply

  8. Auteure

    August 24, 2017 at 7:13 pm

    Hello les filles,

    À la demande generale, voici un recap des pratiques que j’ai suivi durant ces dernières années. C’était ma routine cheveux défrisés que j’adapte maintenant petit à petit à mes cheveux crépus.
    N’ayez pas peur de la longueur de cette liste, c’est dur de créer de nouvelles habitudespendant les 2/3 mois premiers mois puis ca fait devient une part intégrale de notre routine quotidienne.
    Aussi, les debuts sont plus dur car on part généralement d’un état assez catastrophique donc les avant de voir des résultats, il y a une étape de “remise a niveau”, ne vous découragez pas si vous ne voyez pas de changement immédiat!

    Bref here it goes:
    – Shampoing 1 fois par semaine, une semaine sur 2

    – Co-wash (se laver les cheveux avec de l’apres shampoing seulement) 1 fois par semaine, une semaine sur 2
    —> Séparer tes cheveux en 2 ou 4 sections pour les shampoing pour éviter les noeuds

    – Masque 1 fois par semaine. Soit un masque que acheté et rajouter des huiles (huile de ricin, karite, huile d’olive peu importe) ou banane et huiles ou avocat/huile. minimum 45mn

    – 1 fois par mois un masque protéiné (hair mayonnaise)

    – Fer a lisser / sèche-cheveux etc 1 fois par mois MAXIMUM, si vous pouvez tenir plus longtemps encore mieux. Laissez vos cheveux sécher a l’air libre en mettant un soin sans rinçage

    – Hydratation: Tous les soirs/un jour sur deux en fonction de leurs états. Utilisez des baumes hydratants si vous en trouvez un bien sinon mélangez dans un vaporisateur leau et de lapées shampooing (simple is often better), puis suivez avec une huile en vous concentrant sur les pointes. Cela empêchera hydratation de s’évaporer.

    – Toujours dormir avec un foulard ou une taie d’oreiller en satin/soie

    – Couper les pointes tous les 3 mois (à chaque défrisage)

    – Defrisage tous les 3 mois, plus si possible mais jamais en mois.

    – Utiliser un gros peigne pour éviter la casse et un minimum possible!

    Si vous voulais discuter plus en profondeur, n’hésitez pas à m’écrire sur mon mail famadiop455@gmail.com. Je ne suis pas du tout une experte mais j’essayerais d’aider comme je peux avec plaisir 🙂

    Reply

    • NK

      August 27, 2017 at 8:31 pm

      Merci pour ta disponibilité

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Check Also

“Genie in a bottle”

Les génies sont nombreux au Sénégal mais eux-mêmes ...

error: Content is protected but I love you though!!